Archives pour la tagégorie
« Angleterre »

Le steampunk de demain

26 July 2007, posté par Marc

de.jpg
Détail d’une réplique du moteur différentiel de Babbage. Photo © Carsten Ullrich, 2005

En 1822, le mathématicien et ingénieur britannique Charles Babbage redécouvrait les moteurs différentiels (Difference Engines) imaginés — mais jamais construits — par Johann Helfrich von Müller, un ingénieur de l’Armée de Hesse. Babbage proposa le concept de Müller à la Société astronomique royale afin de remplacer, de manière totalement mécanique, les tables numériques imprimées en usage à cette époque.

Le Gouvernement britannique finança dans un premier temps le Difference Engine No. 1, mais cessa d’aider Babbage dont l’avancée des travaux ne lui paraissait pas assez rapide. Babbage dessina les plans d’un second moteur différentiel à la fin des années 1840. Ces schémas furent ensuite utilisés par le Suédois Per Georg Scheutz, lequel construisit plusieurs machines dès 1855.

Ces modèles d’ingéniosité, qui permirent avant tout d’imprimer des tables logarithmiques, constituent les premiers ordinateurs jamais développés (les ancêtres en quelque sorte de votre PC). Il est à noter que ces appareils, une nouvelle fois découverts (mais cette fois par le biais de la littérature), inspirèrent le premier roman de science-fiction dite steampunk : The Difference Engine de MM. William Gibson et Bruce Sterling.

Aujourd’hui, l’héritage de Müller, Babbage et Scheutz continue de faire des petits. Des ingénieurs, et notamment le Prof. Robert Blick de l’Université de Madison (Wisconsin), viennent de publier un article dans le New Journal of Physics présentant les recherches qu’ils sont en train de mener. En particulier : la conception de puces mécaniques à l’échelle nanométrique (10-9 m).

Le but de ces recherches est d’obtenir des puces qui, sans concurrencer leurs sœurs électroniques, pourront être employées dans des contextes où le silicone s’avère trop délicat, notamment dans la mécanique des voitures. Ces puces, minuscules moteurs calculatoires inspirées par les gigantesques Difference Engines, devraient connaître un avenir radieux partout où la vitesse de calcul importe peu mais où le prix de production a son importance. Typiquement, dans les robots ménagers ou les jouets pour enfants.

Bien entendu, l’Armée américaine lorgne de près l’avancée des travaux. En effet, de telles puces mécaniques seront en principe insensibles aux impulsions électromagnétiques, lesquelles peuvent réduire à l’état de légume n’importe quel ordinateur actuel (et notamment ceux qui équipent les véhicules de guerre).

Un autre avantage sera de construire des microprocesseurs puissants mais fonctionnant à des températures bien moins élevées que celles des puces actuelles. En effet, la chaleur des composants électroniques est l’un des principaux ennemis de l’augmentation des capacités de nos chères bécanes.

Alors, Bruce et William, heureux ?

Merci BBC News

Le pouvoir de la magie

25 July 2007, posté par Marc

morrigan.jpg
Morrigan, déesse des querelles et du combat. Illustration © Jennifer Miller, 2005

Autrefois, on les brûlait, aujourd’hui ils prennent le pouvoir. Un groupe de sorcières et de sorciers du centre de l’Angleterre a annoncé lundi qu’il était parvenu à faire pression sur une grande entreprise afin qu’elle renomme un centre commercial.

Le grand magasin (un projet de plus de 520 millions d’euros) devait s’appeler « Highcross Quarter ». Il se trouve que ce nom correspond également à une date importante du calendrier païen, et les maîtres de magie ne voyaient pas d’un bon œil qu’un gros commerce de Leicester porte ce nom. En effet, le site Internet de l’association, qui s’appelle donc « Highcross Quarter », a pour but de présenter le mode de vie et les convictions de sorciers dont les rituels dateraient d’avant l’apparition du christianisme en Europe.

Hammerson, le groupe financier à l’origine du centre commercial rebaptisé « Highcross Leicester », semble s’être accommodé de ce changement de dénomination « que les consommateurs percevront comme une identité forte ».

N’est-ce pas cela, se faire mener à la baguette ?

Merci Scotsman News


Fermer
E-mail It