Archives pour la tagégorie
« Tokyo »

Unité Inhabitée #19

16 February 2008, posté par Yves

Technologie normale à laquelle on peut s’attendre dans un appartement Tokyoïte (en plus de la lunette chauffante et du bidet incorporé qu’on trouve aussi dans les toilettes publiques): un détecteur de mouvements, une lumière pour ne pas réveiller tout le monde au milieu de la nuit, et surtout, surtout, une télécommande pour n’avoir à toucher que soi-même.

J’habite dans une boîte

14 February 2008, posté par Yves

casulomodularfurniture1.jpg
Casulo dans sa boîte

J’ai beau avoir (presque) pris l’habitude de Tokyo, ce genre de chose m’épate encore. Marcel Krings & Sebastian Mühlhäuser ont créé Casulo, la boîte qui devrait normalement te faire peur et te réjouir à la fois, parce que oui, c’est dans ça que vivront tes enfants: un design mortel et un appartement qui ressemble à des toilettes d’avion. Cette boîte de 80cm x 120cm contient une armoire, un bureau et son tabouret ajustable en hauteur, le meuble à tiroirs sous le bureau, deux autres tabourets qui font office de coffres de rangement, une bibliothèque, et un lit avec son matelas. Et comme les panneaux de la boîte elle-même sont aussi utilisés, il n’y a pas de place perdue par l’emballage…

casulomodularfurnituresetup1.jpg
Casulo tout monté

Comme le montre la vidéo ci-dessous, deux personnes peuvent monter (ou démonter) tout ce petit bazar en 10 minutes et sans outils.

Daft Punk Masala

4 November 2007, posté par Marc

daftPunk.jpg
Le groupe français Daft Punk. Photo : droits réservés.

Pas plus tard que hier à midi, je me trouvais devant une assiette de Chicken Tikka Masala (spécialité plus britannique qu’indienne qui consiste en morceaux de poulet désossés et préparés dans une sauce au curry) et face à un écran LCD long comme un jour sans pain. On y diffusait une fameuse vidéo de mister KanYe West, « Strong » :

Pour ceux qui auraient passé les deux derniers mois dans une yourte aux confins du Kirghizstan, KanYe (prononcer « canneyeille ») Omari West est un producteur et chanteur de hip-hop étasunien, fils d’un Black Panther et d’une prof d’anglais de la fac de Chicago. Il s’est illustré, début septembre 2005, lors d’un concert de bienfaisance en faveur des victimes de l’ouragan Katrina, en déclarant que « George Bush ne se préoccupe pas des Noirs ».

Il a généré une nouvelle fois pas mal de foin, en septembre dernier, quand il a battu par les ventes de son dernier album le plus lourdingue et graveleux des ganstas arrivistes de la côte est des États-Unis : Curtis James Jackson III, alias 50 Cent (lequel avait promis d’arrêter de pousser la chansonnette avec ses bagouzes en diamant de Sierra Leone s’il vendait moins de galettes que ce bobo de West). Rappelons que 50 Cent avait même eu recours aux services de ce blanc-bec de Timberlake pour le clip de combat « AYO Technology » :

Mais pourquoi vous parlé-je soudain de hip-hop, un dimanche, alors qu’un poil de Donec Ad Metam préviendrait bien mieux les acidités gastriques ? Parce que la chanson phare de ce cher KanYe (cher, il l’est devenu) n’est autre qu’une resucée d’un tube de Daft Punk, ce duo d’électro gauloise formé de Thomas Bangalter et de Guy-Manuel de Homem Christo. « Strong », de KanYe West, est donc une réplique musculeuse de « Harder, Better, Faster, Stronger », morceau sorti initialement en 2001 dans l’album Discovery (deux fois primé aux Grammy Awards).

Eh bien moi qui me vautre à longueur de semaine face à un écran Apple encapsulé dans une bibliothèque trentenaire (l’âge de mon premier livre, que je possède encore), je me suis demandé, soudain, ce que devenaient ces chers électromanes parisiens, eux qui m’avaient permis d’ingurgiter en rythme, durant mes années de fac, bien plus de bière que de raison.

Si vous passez le plus clair de votre temps ébaubi devant un traitement de texte ou un tableur, et que votre bourreau de chef vous interdit de vous rendre sur les forums de musique, sachez que Daft Punk est actuellement en pleine tournée « Alive 2007 » et que les prochains concerts sont programmés à Kōbe (6 décembre) et à Tōkyō (8 et 9 décembre) et que les membres du groupe s’en iront ensuite en Australie se pavaner en tenues de robots.

Autre bonne nouvelle ? La sortie de leur nouvel album (qui comprendra les titres joués en concert) est prévue pour dans quinze jours, c’est-à-dire le 19 novembre. D’ici-là, faites-vous du bien et mâtez, ci-dessous, cette bonne vieille vidéo de « Harder, Better, Faster, Stronger », laquelle est basée sur le film Interstella 5555 (インターステラ5555) du réalisateur japonais Matsumoto Reiji (松本 零士, le mec qui nous a fait rêver, gamins, avec Albator) :

Sinon, jetez-vous sur la page que YouTube consacre au groupe français (et à la tournée actuelle).

Une solitude bien méritée

18 October 2007, posté par Stahlhelm

Tous les expats qui y vivent le savent. La solitude (volontaire) au Japon peut se révéler être un luxe dont seuls certains experts savent s’enrober. Moi qui pensais sensiblement que le RER parisien du matin était un vrai parcours du combattant coudes écartés et poings levés rageusement dans les dents de la grosse voisine qui refuse de se pousser alors que je dois descendre, je me plantais le doigt dans l’œil jusqu’au coude. L’enfer de la migration pendulaire, c’est à Tokyo qu’il connaît son apogée :

De plus le Japon, au même titre que d’autres pays modernisant, aime également à parquer ses humbles travailleurs dans des bureaux ouverts (open plan) pour mieux pouvoir surveiller et optimiser leur productivité.

Adieu (bis) donc à la solitude, au silence et autres bienfaisants gazouillis d’oiseaux.

Or, selon des sondages et autres études scientifiques menées par LiLeLa dans le plus grand secret, ce genre de distribution spatiale ne laisse que très peu de place à la sphère privée et risque même de faire baisser le niveau de concentration desdites fourmis (sic).

scaryideas a déniché la solution par le compromis : The Office Collar nous permet de travailler avec nos petits camarades d’espace sans être dérangés par leurs remugles et autres décolletés trop charnus. En plus, The Office Collar s’adapte aussi très bien au cou de votre caniche que vous venez de faire opérer de la prostate.

The Office Collar

Moi je vous le dis, le télétravail, c’est quand même tip top.

Merci pour tout.

Elle voit des Tours Eiffel partout

20 September 2007, posté par Yves

paris_tianducheng.jpg
La Tour Eiffel en banlieue de Shanghai. Photo © Reuters

C’est beau, ça ressemble à l’hôtel Paris de Las Vegas, qui lui-même ressemble étrangement à la fameuse et classieuse Tour de Tokyo… Bon, c’est officiel et pourtant ça a fait relativement peu de bruit: après le Japon et les US, le mauvais goût “à la parisienne” est enfin arrivé en Chine. Je ne parle pas d’un pavillon extravagant pour l’expo universelle de Shanghai, mais bien d’un complexe immobilier dans la banlieue de cette même ville, construit comme une réplique en carton-pâte de DisneyWorld, et dont la pièce de résistance est la deuxième plus grosse réplique de Tour Eiffel au monde.


Agrandir
Tianducheng

Si vous voulez aller y boire un petit pastis sur la terrasse du café Chez Li, vous trouverez cette petite communauté de nouveaux riches au doux nom de Tianducheng à côté de Hangzhou, la capitale de la province du Zhejiang. Pas de panique, on y a aussi mis un Arc de Triomphe et suffisamment de bâtiments haussmanniens pour loger 100 000 personnes (même si pour l’instant il n’y en a que 2 000 qui habitent les 1 900 hectares de cette petite ville).

paris_las_vegas.jpg
Paris Hotel, Las Vegas © lyng883

La tour fait donc 108 mètres de haut, contre celle de Las Vegas qui en fait 165 et qui est la plus grande du monde, si on met de côté la Tokyo Tower qui est elle plus haute de l’originale, et surtout d’un raffinement élégant à base de rayures rouges et blanches et d’absence de fioritures importunes.

tokyo_tower.jpg
Tokyo Tower © studioghibli.net

Mais je déconnais quand je disais que le mauvais goût venait d’arriver en Chine, parce qu’en fait il y a déjà une copie de la Tour Eiffel de 100 mètres de haut dans le parc d’attractions “Window of the World” de Shenzhen. Donc si je comprends bien, la tour de Tianducheng est une copie de celle de Shenzhen alors?


Agrandir
“Window of the World” a Shenzhen

paris_shenzhen.jpg
Tour Eiffel de Shenzhen © switchstyle

Bon, je voulais quand même en profiter pour préciser que Gustave Eiffel n’a pas inventé le porte-jarretelle, c’est un canular invente par Gotlib dans les années 60.

Générations spontanées

9 September 2007, posté par Marc

shinjuku.jpg
Shinjuku. Photo © Brad Templeton, 2001

J’ai beau ne rien connaître du Japon, ces dix secondes ont eu sur moi un effet bœuf. Il s’agit du micro-extrait d’une émission japonaise dépeignant les modifications qu’a subies le quartier tokyoïte de Shinjuku (新宿) en 35 ans (de 1969 à 2004).

Pour situer le propos, Shinjuku-ku (新宿区) est aussi l’un des 23 arrondissements (区, ku) créés en 1947 pour saucissonner la municipalité de Tōkyō. Le quartier principal de ce secteur administratif a donné son nom à l’arrondissement.

C’est l’endroit de la mégapole comptant le plus d’étrangers et sans doute l’un des plus animés. Pour dire, il contient une dizaine d’instituts universitaires. Remarquez, mes amis coblogueurs pourraient vous en dire bien plus que moi. Mais bon, je ne vous fais pas plus languir et vous envoie ladite vidéo illico, ci-dessous :

Merci Boing Boing

Le Japon, paradis des fumeurs

29 August 2007, posté par Marc

rondsdefumee.jpg
Photo : droits réservés

L’autre jour, Yves torturait ces chers fumeurs en leur balançant des images de steaks sanguinolents couverts de sirop de goudron. C’est vrai que la clope, si elle évite bien des conflits armés, des génocides et des défenestrations de responsables du marketing, n’en est pas moins un plaisir délétère qui, en plus de raccourcir le temps que l’on passera à s’ennuyer sur Terre, engraissera ad nauseam les caisses de tous les états taxateurs.

Eh bien une entreprise japonaise, spécialisée dans la fabrication de générateurs d’oxygène portables, de purificateurs d’air et de masques de tout poil, vient de mettre sur le marché une pompe à smog d’appartement. Vous souhaitiez ouvrir un fumoir dans votre restaurant ? Vous en avez marre que votre ado se grille des tiges dans sa chambre au risque de faire crever son rat, son serpent et sa mygale d’élevage ? Adressez-vous à Midori Anzen (ミドリ安全), la boîte tokyoïte qui se fera un plaisir d’aspirer les miasmes fumatoires de vos frères humains.

Ah, et puis si vous hésitez encore, visionnez sans plus tarder l’excellente pub-qui-tache de cette manufacture qui s’apprête à sauver le monde — à la plus grande joie des fumeurs :

Et puis, avant que j’oublie, voici l’adresse (en caractères latins) de ces bienfaiteurs :

Midori Anzen Co., Ltd.
5-4-3 Hiroo, Shibuya-ku
Tokyo 150-0012
Japon
téléphone : + 81 3 3442 8271
télécopieur: + 81 3 3446 1109

Merci Beconfused

Le vieux Tokyo

28 August 2007, posté par Stahlhelm

Edo panoramique
Photo panoramique de Yedo, © Felice Beato, circa 1865-1866. Cliquez pour agrandir.

Ce que toi, avide surfeur de la Toile, connais d’habitude de la capitale des Pokemon, ce sont les abondantes photos de soubrettes-somnifères arpentant les rues proprettes d’Akihabara à la recherche du prince charmeur.

Parc d’Asakusa
Parc d’Asakusa, Tokyo, circa 1910 (via Old Tokyo)

Or, qui se serait douté en serrant ses petits poings de rage que les nerds et autres geeks encapuchonnés de notre quotidien ne furent pas les premiers à poser les semelles usées de leurs bottes d’envahisseurs sur le pavé de la capitale nippone. Hein ? Tu t’en étais douté toi, fidèle lecteur lilelaïque ?

Akasakamon
Porte d’Akasaka du château d’Edo, Tokyo, 1875. Photo © Université de Nagasaki.

Old Tokyo, délicieux site dédié aux vieilles photos de Tokyo, parmi d’autres, est là pour nous remettre le point sur les I.

NB: La JAL n’existait pas encore à l’époque.

Merci Japan Probe.

Un os de perdu, dix d’imprimés

14 August 2007, posté par Marc

bonefactory.jpg
Photo © Bone Factory, 2007

Des chercheurs du Département d’ingénierie des tissus de l’Université de Tokyo ont mis au point une imprimante en trois dimensions capable de produire des os artificiels. Cette technologie vise surtout la chirurgie reconstructive.

Des premiers essais — concluants — avaient été effectués en juillet 2005 sur un corgi gallois, chien berger aux oreilles de gremlin qui souffrait d’une tumeur crânienne. Cet automne, de nouveaux tests seront effectués sur des êtres humains.

En gros, la production des os se fait de la manière suivante : un ordinateur de modélisation 3D utilise les informations issues des radiographies et des tomographies du patient. Il commande ensuite une imprimante à jet d’encre qui dépose, strate après strate, des gouttelettes d’un polymère à base d’eau sur de fines couches de Ca3(PO4)2.

Solides, légers et poreux, ces os « imprimés » possèdent des propriétés similaires à celles de l’ossature naturelle. Si tout se passe bien lors des prochaines séries d’essais (prévues dans dix hôpitaux japonais), cette nouvelle technologie devrait apparaître sur le marché à partir de 2010. D’ici-là, évitez de vous casser la tête.

Merci Pink Tentacle

Des lunettes à plus d’un million d’euros

16 July 2007, posté par Marc

budokan.jpg
Les Beatles au Budokan, en 1966. Photo : droits réservés.

Dans les années 1960, les Beatles avaient fait une tournée au Japon restée célèbre pour les déboires qu’elle avait causés aux Fab Four. En effet, le groupe de Liverpool avait donné cinq concerts au Budokan (武道館) en juin et juillet 1966, ce qui avait donné lieu à de nombreuses protestations de fanatiques qui considéraient que ce lieu devait être consacré uniquement aux arts martiaux japonais. Durant leur séjour à Tokyo, les Beatles avaient vécu reclus dans leur hôtel avec, pour seule compagnie, un photographe et traducteur japonais, Yore Junishi.

Durant cette « assignation à résidence » forcée, Lennon s’était lié d’amitié avec Yore et lui avait offert ses lunettes à soleil rondes plaquées or. En 1984, Yore cédait l’objet fétiche à un collectionneur étasunien, lequel les vend aujourd’hui chez 991.com. Aux dernières nouvelles, les enchères auraient atteint quelque 750000 livres Sterling, c’est-à-dire plus d’un million d’euros.

Petit détail : l’heureux acheteur obtiendra la monture sans les verres fumés, Yore les ayant ôtés au moment de l’assassinat de Lennon… pour que ce dernier puisse voir clair dans l’au-delà. À suivre.

Merci CBC News


Fermer
E-mail It