Archives pour la tagégorie
« femmes »

Black Movie – festival de films des autres mondes

25 January 2009, posté par Yves

Il y en a qui en ont perdu le goût. Moi pas, mais je suis exceptionnel (c’est ma maman qui le dit). Bref, ils le mettent de manière si éloquente en intro sur la page d’accueil de leur site web (avec les bandes-annonces qui démarrent automatiquement donc coupez le son si vous êtes au travail):

“Pour reprendre le goût au cinéma, une seule solution: voir de bons films Voilà la vérité toute simple que je cherchais depuis deux mois. Se consoler avec du saké ne peut conduire qu’à aimer le saké, non à se réconcilier avec le cinéma” Yasujiro Ozu, Carnets 1933-1936, 2 septembre 1935.

“Ils” ce sont les gentils gens derrière le festival Black Movie de films des autres mondes bien évidemment, qui démarre le 30 janvier et durera jusqu’au 8 février. Ça vous laisse 5 jours pour vous décider parmi les 10 programmes et 73 films en provenance de 26 pays, de l’Argentine au Zimbabwe, en passant par l’Inde, le Japon ou encore les Philippines.

Forcément, les plus téméraires (euphémisme pour dire “coquins”) iront faire un tour du côté de la section l’Empire des sens, où la sélection de neuf films érotiques couvrant 15 ans de productions japonaises de plus en plus radicales évoque “l’émancipation de la femme par l’acte sexuel”.

Au programme: “Gushing Prayer : 15 year old Prostitute” de Masao Adachi (1971), “La femme de Seisaku” de Yasuzo Masumura (1965), “La maison des perversités (The Watcher in the Attic)” de Noboru Tanaka (1976), “La véritable histoire d’Abe Sada” de Noboru Tanaka (1975), “Marché sexuel des filles” de Noboru Tanaka (1974), “Passion” de Yasuzo Masumura (1964), “Tatouage” de Yasuzo Masumura (1966), “The Woman with Red Hair” de Tatsumi Kumashiro (1979), et “Une femme à sacrifier” de Masaru Konuma (1974).

Au Japon, ce sujet rejoint une culture où les sentiments sont fréquemment dissimulés par une imagerie forte, souvent sado-masochiste avec une prédominance du bondage. Films réservés à des yeux avertis, ils se prêtent cependant à plusieurs niveaux de lecture.

Et pendant que vos yeux avertis en valent deux, nos chères têtes blondes pourront aller se régaler d’un programme spécialement concocté pour eux au Petit Black Movie.

Il s’agit de faire découvrir une cinématographie ignorée par l’exploitation classique, de retrouver la magie du grand écran avec des œuvres ne répondant pas aux produits calibrés habituellement.

Mais évidemment, il n’y a pas que des fifilles qui s’émancipent des yakuza qui s’étripent, comme vous pourriez déjà en avoir le cœur net si vous aviez téléchargé le programme un peu.

Bon, je vous laisse, je dois retourner à la cuisine voir si Yukiko a commencé à geindre…

Les démarches sont trompeuses

9 November 2007, posté par Marc

beyonce.jpg
La démarche des femmes : une opération programmée ?
Beyoncé Giselle Knowles aux BET Awards, le 26 juin 2007. Photo : droits réservés.

Une équipe de chercheurs de la Queen’s University, dans l’Ontario, a mené une étude prenant en compte la démarche des femmes et les hormones présentes dans leur salive.

Meghan Provost, qui a dirigé ce projet, a enregistré les façons de marcher de volontaires féminines et les a montrées à une quarantaine d’hommes. Elle a demandé à ces derniers d’évaluer le degré d’attirance de chaque démarche et s’est rendue compte, en comparant ces résultats aux prélèvements hormonaux, que les femmes en période d’ovulation se déplaçaient de manière beaucoup moins attirante qu’en période d’infertilité.

Les signes qu’emploient les femmes pour avertir les hommes qu’elles sont prêtes à concevoir sont nombreux et pourtant, une démarche chaloupée peut s’avérer trompeuse. Les résultats de l’étude, publiés dans le journal Archives of Sexual Behavior, tendent à montrer que les femmes en phase fertile se meuvent en remuant moins les hanches et en rapprochant leurs genoux.

Selon Meghan Provost, les femmes abuseraient ainsi les hommes afin de dissimuler leur ovulation aux mâles qu’elles n’ont pas choisis. Par contre, en période d’infertilité, elles feraient un plus grand étalage de leurs charmes, ne risquant pas de se reproduire avec un autre partenaire que celui qu’elles ont choisi.

En période d’ovulation, l’odeur et les expressions faciales des femmes changent, mais ces indices ne sont perceptibles qu’à faible distance — c’est-à-dire seulement par l’homme avec lequel elles acceptent d’être proches. La fin d’un mythe ?

Merci BBC News

Magic Cone, le dernier bastion des hommes est finalement tombé

7 November 2007, posté par Yves

magic_cone.jpg
Magic Cone, les filles font pipi debout

Les femmes sont maintenant supérieures aux hommes. Jusqu’à présent on pouvait encore essayer de se convaincre du contraire, mais là, c’est officiel. Elles ont maintenant le Magic Cone, un cornet pliable qui leur permet de faire pipi debout et de nous montrer qui est le boss. Plus besoin de se déshabiller, moins de risques de germes dans les lieux publiques, moins d’efforts pendant la grossesse ou après une opération par exemple. Et bientôt elles pourront même écrire leurs noms dans la neige…

Merci Calédosphère

Record du monde de filles en bikini sur une plage

4 October 2007, posté par Yves

Record du monde de filles en bikini
Record du monde de filles en bikini

Le record du monde du plus grand nombre de filles en bikini sur une plage a été battu sur la plage de Bondi en Australie, par 1010 filles en bikini justement, et le magazine Cosmopolitan se fait une jolie pub au passage. Une serie de jolies photos apres le clic.

(more…)

Parle à ta fille

3 October 2007, posté par Yves

Dove, la marque sans savon mais avec de la crème, en a encore marre de l’industrie de la mode, des cosmétiques, des magazines, bref de tout ce qui selon eux pourrit la vie des femmes en leur faisant rêver de devenir ce qui n’existe que dans les fantasmes de certains créateurs de pub (et des hommes, parce qu’on le leur a mis en tête justement). Alors après ce petit film choc dont vous vous souvenez sûrement, ils remettent ça avec un autre, qui va plus loin dans la simplicité, et qui pointe la source du problème là ou ça pèche en général. Parle à ta fille avant que ça soit l’industrie de la beauté qui le fasse à ta place…

Les seins m’en tombent

3 September 2007, posté par Marc

venus.jpg
La nascita di Venere (détail), de Sandro Botticelli. Image © Galleria degli Uffizi

Les lecteurs assidus de LiLeLa auront remarqué que samedi matin, durant quelques heures, une dépêche pondue par mes mains (parfois légères) traitait du rinçage d’œil et de ses bienfaits. En effet, un article déjà ancien (19 mai 2006), paru sur le site Goofigure, avait retenu toute mon attention. Il y était question d’une étude menée en Allemagne par une certaine Dresse Karen Weatherby.

Selon Goofigure, un article publié dans le respectable et respecté New England Journal of Medicine prétendrait que de reluquer l’anatomie avantageuse de la gent féminine pourrait être bénéfique pour la santé. Le travail du muscle cardiaque et la pression artérielle augmenteraient au moment de la contemplation de ces dames, améliorant du même coup la santé des mâles humains. Selon Goofigure, dix minutes d’un tel exercice équivaudraient à une demi-heure d’exercice physique et prolongeraient sensiblement l’espérance de vie des messieurs.

J’avais trouvé la nouvelle réconfortante, voire même réjouissante. Cependant, un doute subsistait dans mon esprit, et j’allais vérifier dans les archives du New England Journal of Medicine l’existence de l’article à la source de cette aimable découverte. Grande a été ma déception quand je n’y ai trouvé aucune trace d’une quelconque expérience dirigée par cette soi-disant doctoresse germanophile.

Du coup, j’ai poursuivi ma petite enquête et suis tombé sur la numérisation d’un article pondu par un certain Jonathan Hayter et portant le titre de An eyeful a day keeps the doctor away (littéralement : « Vous rincer l’œil au quotidien tient votre docteur au loin »). Malheureusement, aucune source n’accompagnait cette coupure de presse. Avais-je sous les yeux la copie d’un article scientifique ? — Certainement pas, tant son contenu et sa forme ne correspondaient pas à une publication de ce type. Mais d’où pouvait bien venir ce papier ?

La vérité allait s’avérer amère. Snopes, un site spécialisé dans la chasse aux rumeurs de tout poil, a répondu à ma question : l’article dont je venais de voir la reproduction provenait de l’un des pires canards à cancans et faussetés que la Terre n’ait jamais portés : Weekly World News, un tabloïd de supermarché qui fait la part belle aux bébés extra-terrestres, aux bigfoots esseulés, à la génération spontanée, à la télékynésie — et j’en passe, et des meilleurs. En résumé, la lie de la lie, un cauchemar de cellulose et de pixels.

Bref, mea culpa : j’ai, malgré moi, et durant quelques heures, colporté une nouvelle issue de l’esprit dégénéré d’éditeurs en mal d’audience bref, l’immonde sécrétion de vendeurs de papier au kilo(mètre/gramme). Bien que je me sois empressé d’effacer l’article que j’avais commis, je vous devais, cher lectrice, cher lecteur, une repentance en bonne et due forme, une explication circonstanciée qui prouverait, une fois de plus, le sérieux du présent site d’information oblique et décalée.

Cela dit, Messieurs, ne vous privez pas pour autant de votre sport favori : admirer les courbes de Gauss et les sinusoïdes de nos congénères du beau sexe ne fait aucun mal… sauf au cœur.

Le rose, couleur des femmes

21 August 2007, posté par Marc

fillesroses.jpg
Photo : droits réservés

C’est une question qui m’a toujours turlupiné : les (petites) filles aiment-elles le rose parce qu’on leur achète sans cesse des fringues et des jouets de cette couleur, ou sont-elles victimes d’une entourloupe de Dame Nature ? Eh bien il semblerait que Anya Hurlbert, spécialiste en neurosciences de l’Université de Newcastle, ait trouvé un début de réponse à cette question.

Dans un article publié récemment dans le journal Current Biology, la scientifique fait état d’une étude menée sur des groupes d’hommes et de femmes qui devaient, pour l’expérience, visualiser mille paires de rectangles de couleur en annonçant à chaque fois leur préférence.

Il semblerait que le bleu soit une couleur universellement aimée des être humains. Toutefois, la chercheuse émet l’hypothèse que les femmes ont développé une attirance particulière pour les teintes tirant vers le rouge, et ce dans le cadre des spécialisations qui ont pris place au cours de l’évolution humaine.

La répartition des tâches leur aurait imposé ce penchant, le rose-rouge correspondant en effet à des fruits mûrs et à des visages d’hommes en bonne santé.

Par contre, comme les hommes étaient à l’origine destinés à la chasse, leur acuité visuelle ne nécessitait que la différenciation des teintes claires et foncées. Dans la broussaille et la nuit, ils devaient repérer un animal et le faire passer aussitôt de vie à trépas. Autant dire que leur vie n’était pas rose.

Merci Scotsman News

Les végétaliens sont-ils endogames ?

7 August 2007, posté par Marc

vegetaliens.jpg
Photo © Vegan Society

Selon une étude menée par l’université néo-zélandaise de Canterbury sur 157 végétaliens et autres « consommateurs éthiques » du pays, 63% des personnes interrogées disent préférer un partenaire qui se sente également concerné par les droits des animaux. D’autres vont jusqu’à dire qu’ils ne pourraient pas coucher avec un individu qui mange — ou utilise — des produits d’origine animale.

Annie Potts, codirectrice du Centre néo-zélandais d’études humaines et animalières, qualifie ces jusqu’au-boutistes de « végésexuels ». Selon son rapport, les végétaliens sont la plupart du temps des femmes au niveau d’éducation élevé, actives politiquement et facilement dégoûtées à l’idée de finir au lit avec quelqu’un ayant mangé de la viande.

L’une des personnes ayant accepté de participer à l’étude s’est même dite écœurée rien qu’en pensant embrasser des lèvres ayant laissé passer entre elles des morceaux d’animaux morts. Une autre estimait quant à elle qu’elle ne pourrait pas avoir de relations intimes avec quelqu’un dont le corps s’est littéralement construit sur la consommation d’autres corps… Bref, chez certaines végétaliennes, ça ne doit pas rigoler tous les jours.

Une question trotte dans ma tête : un végétalien a-t-il le droit de dire à sa femme/copine/maîtresse qu’elle est « à croquer » ?

Merci Washington Post

Les garçons n’aiment pas être des filles

31 July 2007, posté par Marc

doisneau.jpg
École rue Buffon. Photographie de Robert Doisneau, 1956

À la fin des années 1990, un psychologue de l’Université de Harward, William Pollack, avait fait sensation en publiant Real Boys (sorti en français sous le titre De vrais gars). Il y dénonçait une génération de gamins qui souffrent d’une « crise silencieuse », où beaucoup se réfugient dans la tristesse, la solitude et, surtout, l’incompréhension. Pollack révélait notamment que bien des garçons se voyaient pris dans une impossible équation, devant être désormais doux, compréhensifs et croire en l’égalité des sexes, alors qu’ils préféraient pour la plupart souscrire aux conceptions traditionnelles selon lesquels un « mec » est un dur, un macho.

En janvier de cette année, Jill Parkin, journaliste au Daily Mail, accusait l’école de transmettre aux garçons un message qui ne leur est pas destiné : les cours sont féminisés, on y demande aux élèves mâles d’être sages et disciplinés, alors qu’il ne rêvent que de réagir à leur production naturelle de testostérone en laissant libre cours à leur instinct de compétition, notamment physique.

Les différences naturelles entre les sexes tendraient à être gommées dans l’éducation, produisant des jeunes hommes mous et incapables de lutter dans la vie d’aujourd’hui. Selon Parkin, les filles se voient quant à elles obligées de grandir dans une société pleine de mâles aliénés où toutes les qualités masculines ont été étouffées. Les nouvelles générations d’hommes ont aussi bien moins de chances de faire de grandes études, celles-ci étant désormais à tel point féminisées qu’ils n’y trouvent plus leur place.

Les affirmations de Pollack et de Parkin laissent songeur. En effet, les hommes n’étant pas plus intelligents que les femmes, la seule qualité typiquement masculine dont ils pourraient se prévaloir aujourd’hui (en dehors d’un contexte guerrier) est la combativité. Celle-ci séduit toujours (et pour longtemps encore) les ressources humaines et… bon nombre de femmes. Alors, quand cessera-t-on de castrer des générations entières de p’tits mecs innocents ?

Quand les frustrés de Photoshop s’emparent des femmes

23 July 2007, posté par Yves

On connaissait le brillant film de Dove, “evolution” (ci-dessus), qui visait à ouvrir les yeux des jeunes filles en leur faisant comprendre par l’exemple que la beauté des magazines est trop artificielle pour être jamais atteignable. Jezebel, le blog féminisant qui cause des people, du sexe et de la mode, a fait encore plus fort et a carrément mis la main sur la photo originale qui a été utilisée pour une couverture du magazine de mode Redbook. Il expose les dégâts des retouches numériques sur la jeune femme (la chanteuse Faith Hill) en superposant simplement l’image originale et la couverture finale, dans une animation simple et répétitive qui finit par donner la nausée (j’ai passé bien 5 minutes à regarder son bras)… Allez donc lire le billet en question, et les nombreux articles liés depuis celui-ci.

redbook_cover_anime_jezebel.gif
Photo © Jezebel / Redbook


Fermer
E-mail It