Archives pour la tagégorie
« psychologie »

Projet Implicite

17 March 2008, posté par Yves

projet_implicite_racisme.jpg
Projet Implicite sur le site web de Harward. Spoiler: oui, vous êtes un raciste.

Projet Implicite présente une méthode qui démontre des divergences entre pensées conscientes et non-conscientes de manière plus convaincante que les méthodes antérieures. Cette nouvelle méthode s’appelle le Test d’Associations Implicite, ou TAI pour faire court.

En plus, ce site est une source d’information sur ce thème. Cette information a surtout de la valeur si vous essayez d’abord au moins un test…

Et vous? Vous êtes aussi un raciste qui s’ignore? Faites le test…

Illusion d’optique psychologique

21 November 2007, posté par Yves

illusion_d_optique_psychologique.jpg

Regardez cette image et demandez-vous ce que vous y voyez. Selon la théorie de Robert Laws, missionnaire au Malawi au XIXe siècle, notre culture et notre environnement influencent ce que nous voyons. En d’autres termes, ce qu’on voit dans l’image ci-dessus dépend de là où on vit.

Qu’y a-t-il au dessus de la tête de la femme? Quand des chercheurs ont posé cette question à des personnes d’Afrique orientale, la plupart ont répondu qu’elle portait une boite (ou une boite de conserve) sur sa tête. Pareil quand ils ont demandé où se passe la scène. Dans une culture avec peu d’angles, on perçoit la famille comme étant assise sous un arbre. Et nous occidentaux, habitués à nos cages à lapins, on avait vu la scène se passant dans une pièce avec une fenêtre donnant sur l’extérieur…

Merci eyes-and-vision.com

Les garçons n’aiment pas être des filles

31 July 2007, posté par Marc

doisneau.jpg
École rue Buffon. Photographie de Robert Doisneau, 1956

À la fin des années 1990, un psychologue de l’Université de Harward, William Pollack, avait fait sensation en publiant Real Boys (sorti en français sous le titre De vrais gars). Il y dénonçait une génération de gamins qui souffrent d’une « crise silencieuse », où beaucoup se réfugient dans la tristesse, la solitude et, surtout, l’incompréhension. Pollack révélait notamment que bien des garçons se voyaient pris dans une impossible équation, devant être désormais doux, compréhensifs et croire en l’égalité des sexes, alors qu’ils préféraient pour la plupart souscrire aux conceptions traditionnelles selon lesquels un « mec » est un dur, un macho.

En janvier de cette année, Jill Parkin, journaliste au Daily Mail, accusait l’école de transmettre aux garçons un message qui ne leur est pas destiné : les cours sont féminisés, on y demande aux élèves mâles d’être sages et disciplinés, alors qu’il ne rêvent que de réagir à leur production naturelle de testostérone en laissant libre cours à leur instinct de compétition, notamment physique.

Les différences naturelles entre les sexes tendraient à être gommées dans l’éducation, produisant des jeunes hommes mous et incapables de lutter dans la vie d’aujourd’hui. Selon Parkin, les filles se voient quant à elles obligées de grandir dans une société pleine de mâles aliénés où toutes les qualités masculines ont été étouffées. Les nouvelles générations d’hommes ont aussi bien moins de chances de faire de grandes études, celles-ci étant désormais à tel point féminisées qu’ils n’y trouvent plus leur place.

Les affirmations de Pollack et de Parkin laissent songeur. En effet, les hommes n’étant pas plus intelligents que les femmes, la seule qualité typiquement masculine dont ils pourraient se prévaloir aujourd’hui (en dehors d’un contexte guerrier) est la combativité. Celle-ci séduit toujours (et pour longtemps encore) les ressources humaines et… bon nombre de femmes. Alors, quand cessera-t-on de castrer des générations entières de p’tits mecs innocents ?

Jane Elliott et les yeux bruns

24 July 2007, posté par Yves

blue_eyed.jpg
Les eleves de Jane Elliott

En 1968, après l’assassinat de Martin Luther King, Jr., Jane Elliott, une institutrice d’une petite ville à forte majorité blanche de l’Iowa (USA) voulut expliquer à ses élèves ce qu’était le racisme et ce que ça impliquait vraiment. Comprenant que les mots ne suffiraient pas à leur faire réellement comprendre, elle mis au point un petit exercice de jeu de rôles.

Elle divisa les élèves selon la couleur de leurs yeux, favorisant ceux avec des yeux bleus, supposés être plus intelligents, et reléguant les yeux bruns à un niveau plus bas, qui devrait convenir à leur intelligence plus limitée. Très vite, les enfants avec des yeux bleus commencent à oppresser ceux avec des yeux bruns, et les élèves avec des yeux bruns commencent à montrer des signes de manque de confiance en eux. Le lendemain, elle annonce qu’elle s’est trompée et que c’était en fait l’inverse, et les rôles s’inversent…

La vidéo ci-dessous est le documentaire sur l’exercice original, l’impact qu’il a eu sur ces enfants devenus des adultes, et l’évolution du message de Jane Elliott, qui donne maintenant des séminaires. Il dure une petite heure, mais ça vaut vraiment la peine de le regarder tranquillement en entier.

Bâillez, ça vous remettra les idées en place

4 July 2007, posté par Marc

hippo.jpg
Hippopotame bâillant, photo © Steve Barrett, 2005

Parfois, en lisant d’autres blogues que le nôtre, ou en vous plongeant dans le planning de la semaine, vous vous mettez involontairement à faire grand étalage de vos plombages, découvrant du même coup les restes de salade restés bloqués entre vos incisives. Eh bien, ne vous faites pas de souci : votre patron devrait vous être reconnaissant. Bâiller, ça augmente la productivité. Si si.

Selon les psychologues Andrew et Gordon Gallup de l’Université d’État de New York à Albany, bâiller augmente la circulation sanguine et refroidit le cerveau. D’ailleurs, les bâillements seraient « contagieux » à cause d’un mécanisme d’empathie servant à maintenir la vigilance du groupe (du genre : « attention, la compta va de nouveau nous tomber dessus, c’est lassant — bâillons pour rester vigilants »). En conclusion, le bâillement ne serait pas une invitation au sommeil, mais un moyen comme un autre de lutter contre lui.

Merci New Scientist


Fermer
E-mail It