Archives pour la tagégorie
« racisme »

Projet Implicite

17 March 2008, posté par Yves

projet_implicite_racisme.jpg
Projet Implicite sur le site web de Harward. Spoiler: oui, vous êtes un raciste.

Projet Implicite présente une méthode qui démontre des divergences entre pensées conscientes et non-conscientes de manière plus convaincante que les méthodes antérieures. Cette nouvelle méthode s’appelle le Test d’Associations Implicite, ou TAI pour faire court.

En plus, ce site est une source d’information sur ce thème. Cette information a surtout de la valeur si vous essayez d’abord au moins un test…

Et vous? Vous êtes aussi un raciste qui s’ignore? Faites le test…

The Human Calendar™, le calendrier humain

26 November 2007, posté par Yves

humancalendar.jpg
Photo © le calendrier humain™®

Parce que sur LiLeLa on parle un peu trop souvent de trucs utiles, voire importants, il y a des fois comme aujourd’hui où on se doit de mentionner le calendrier humain créé et mis en ligne par Craig Giffen, le gars qui avait fait l’horloge humaine, où chaque combinaison heure-minute est représentée par une photo prise par quelqu’un qui avait envie de montrer cette heure précise dans une photo, et qui a remis ça avec un calendrier où tous ses amis, et il en a au moins quarante le bougre, moi je n’arriverais sans doute même pas à réunir les sept qu’il faudrait pour les jours de la semaine, posent dans plein de positions différentes mais qui s’accordent en genre et en nombre avec la date qu’ils qualifient. C’est joli, on réfléchit quelque secondes ou minutes en regardant la page et en évaluant toutes les possibilités de photos qu’il a fallu faire, on se dit que quand même le web c’est l’avenir de tout y compris de l’amitié, de l’art, et de l’horlogerie, et on a même une petite pensée pour le fait que Craig fout des “™” la où il n’y en a pas besoin, et n’a que des amis blancs…

Tintin : la fin de l’aventure coloniale ?

11 August 2007, posté par Marc

tintin.jpg
Image © Moulinsart, 2007

Bienvenu Mbutu Mondondo, étudiant en sciences politiques à Bruxelles, a déposé plainte fin juillet contre X, ou plutôt contre la société Moulinsart qui gère les droits des œuvres d’Hergé.

L’enquête n’en est qu’à ses premiers balbutiements, car la plainte n’a pas encore été jugée recevable. La bédé incriminée ? Le fameux Tintin au Congo initialement publié au début des années trente durant l’époque coloniale de la Belgique.

Chaque année, cet album, qui dépeint les Congolais comme de grands enfants à la bouche de donut à la fraise, est encore vendu à quelques dizaines de milliers d’exemplaires. Un succès qui n’est pas étranger au paternalisme d’un autre âge contenu dans les planches du dessinateur belge.

Jugé raciste et xénophobe par le plaignant, Tintin au Congo irait-il à l’encontre de la loi belge contre le racisme ? Est-il normal que Milou, le chien de Tintin, traite les autochtones de paresseux ? Faut-il considérer cette œuvre comme le reflet d’une époque désuète où les Belges pensaient encore apporter la civilisation en Afrique, une sorte de document historique qui dépeint l’une des époques les plus sombres du Royaume ?

Toujours est-il que le groupe étasunien Borders, qui vend cette bande dessinée dans ses librairies, a décidé de placer désormais cette œuvre dans le rayon « pour adultes ». A-t-on affaire à une nouvelle manifestation du « politiquement correct » de notre temps ou doit-on se réjouir de la fin d’un archétype nocif pour les jeunes générations ?

À la justice belge de trancher — pas des mains cette fois — mais une polémique qui fait rage depuis de nombreuses années.

Merci Yahoo! Actualités

Jane Elliott et les yeux bruns

24 July 2007, posté par Yves

blue_eyed.jpg
Les eleves de Jane Elliott

En 1968, après l’assassinat de Martin Luther King, Jr., Jane Elliott, une institutrice d’une petite ville à forte majorité blanche de l’Iowa (USA) voulut expliquer à ses élèves ce qu’était le racisme et ce que ça impliquait vraiment. Comprenant que les mots ne suffiraient pas à leur faire réellement comprendre, elle mis au point un petit exercice de jeu de rôles.

Elle divisa les élèves selon la couleur de leurs yeux, favorisant ceux avec des yeux bleus, supposés être plus intelligents, et reléguant les yeux bruns à un niveau plus bas, qui devrait convenir à leur intelligence plus limitée. Très vite, les enfants avec des yeux bleus commencent à oppresser ceux avec des yeux bruns, et les élèves avec des yeux bruns commencent à montrer des signes de manque de confiance en eux. Le lendemain, elle annonce qu’elle s’est trompée et que c’était en fait l’inverse, et les rôles s’inversent…

La vidéo ci-dessous est le documentaire sur l’exercice original, l’impact qu’il a eu sur ces enfants devenus des adultes, et l’évolution du message de Jane Elliott, qui donne maintenant des séminaires. Il dure une petite heure, mais ça vaut vraiment la peine de le regarder tranquillement en entier.

Superman, saboteur excellent

18 July 2007, posté par Stahlhelm

Superman et Loïs, main dans la main

On le sait, Superman, l’homme d’acier qui sait tordre l’acier de ses petits doigts boudinés, aime quand même bien Lois Joanne Lane et ses longues jambes gainées de nylon d’antan. Et il ferait tout pour les sauver des mains graisseuses et collantes de l’ennemi de la démocratie.

Il serait même aller jusqu’à accompagner la belle du côté de Yokohama en 1942 pour la protéger des longues incisives à binocles qu’étaient les méchants Japonais impérialistes de l’époque et en profiter pour foutre le bordel à sa manière parmi les rangs serrés de l’armée nippone. Eleventh Hour (« Onzième heure ») est une petite perle de propagande américaine de 1942 qui nous montre qu’il suffit parfois juste de tirer sur l’ancre d’un destroyer pour le faire couler.

Eleventh Hour (1942)

Et pour finir en beauté, voici une autre jolie récupération youtubienne d’un film animé de propagande américain sur le Japon de la Seconde Guerre Mondiale. Attention, c’est du bon vrai racisme cru d’antan. On y apprend même, via une apparition fortuite du général professeur Hideki « Rasoir » Tōjō, que les Japonais mangeaient du papier.

Tokio Jokio (1943)

Merci Japan Probe.


Fermer
E-mail It