Archives pour la tagégorie
« humains »

The Human Calendarâ„¢, le calendrier humain

26 novembre 2007, posté par Yves

humancalendar.jpg
Photo © le calendrier humain™®

Parce que sur LiLeLa on parle un peu trop souvent de trucs utiles, voire importants, il y a des fois comme aujourd’hui où on se doit de mentionner le calendrier humain créé et mis en ligne par Craig Giffen, le gars qui avait fait l’horloge humaine, où chaque combinaison heure-minute est représentée par une photo prise par quelqu’un qui avait envie de montrer cette heure précise dans une photo, et qui a remis ça avec un calendrier où tous ses amis, et il en a au moins quarante le bougre, moi je n’arriverais sans doute même pas à réunir les sept qu’il faudrait pour les jours de la semaine, posent dans plein de positions différentes mais qui s’accordent en genre et en nombre avec la date qu’ils qualifient. C’est joli, on réfléchit quelque secondes ou minutes en regardant la page et en évaluant toutes les possibilités de photos qu’il a fallu faire, on se dit que quand même le web c’est l’avenir de tout y compris de l’amitié, de l’art, et de l’horlogerie, et on a même une petite pensée pour le fait que Craig fout des « â„¢ » la où il n’y en a pas besoin, et n’a que des amis blancs…

L’évolution de l’Homme, sur un mur

6 novembre 2007, posté par Yves

evolution_graffiti_blu_thumb.jpg
Photo © Blu

Vous vous souvenez de Blu, n’est-ce pas? On vous en a parlé déjà, c’est un peu l’ami de LiLeLa (mais toi aussi ami lecteur, même sans son talent, tu es l’ami de LiLeLa…), qui fait des fresques incroyables.

La dernière sur laquelle je suis tombé: l’évolution de l’Homme, en une longue chaîne sur un mur qui change de taille au fur et a mesure… Cliquez sur l’image pour admirer ses 12 000 pixels de large.

L’Angleterre autorise l’hybridation entre humains et animaux

7 septembre 2007, posté par Marc

brando.jpg
Marlon Brando dans The Island of Dr. Moreau © New Line Cinema, 1996

En Grande-Bretagne, l’Organisme de contrôle de la fertilisation humaine et de l’embryologie (Human Fertilisation and Embryology Authority = HFEA) a approuvé la création d’embryons hybrides humains-animaux à des fins scientifiques.

Dans un article publié avant-hier, BBC News a en effet annoncé que le HFEA souhaiterait favoriser, entre autres, la recherche de traitements pour la maladie d’Alzheimer.

Cette nouvelle, qui n’est pas sans rappeler L’île du docteur Moreau, a de quoi hérisser légèrement les poils du nez, des oreilles et du dos, pour ceux qui ont la chance d’en posséder. Des scientifiques britanniques souhaiteraient ainsi mêler des cellules humaines à des cousines animales afin d’en extraire des cellules souches. Les embryons qui en seront issus devront être détruits dans un délai de deux semaines…

Pour l’heure, les chercheurs doivent se rabattre sur des Å“ufs humains laissés de côté lors des traitements liés à l’infertilité (p. ex. FIV), mais l’offre n’est pas suffisante, sans compter que la « qualité Â» n’est pas toujours au rendez-vous.

Deux équipes du King’s College de Londres et de l’Université de Newcastle ont déjà sollicité le HFEA afin qu’il les autorise à procéder à des hybridations. Le Prof. Lyle Armstrong, de la fac de Newcastle, a déclaré : « C’est une excellente nouvelle. Son impact ne sera pas seulement bénéfique pour notre travail, mais aussi de manière générale pour l’avancée de la recherche britannique ; nous espérons qu’elle mènera à de nouvelles techniques qui serviront tout un chacun. Â» Il a ajouté : « Cela peut paraître odieux de prime abord, mais vous devez comprendre que nous n’utilisons que très très peu d’informations issues d’une vache pour mettre en pratique cette idée de reprogrammation. Â»

La société britannique devra désormais faire face à un réel questionnement éthique. Bien entendu, l’hybridation humains-animaux connaît bien des détracteurs, mais l’opinion publique est pour l’heure divisée. Gageons que les scientifiques de Sa Majesté auront la vigilance de ne pas concrétiser nos pires cauchemars…

Pour plus d’informations (en anglais) sur ce sujet : Comment on Reproductive Ethics.

Merci BBC News


Fermer
E-mail It