Archives pour la tagégorie
« jouets »

Vous reprendrez bien un peu de plomb avec votre plomb?

4 October 2007, posté par Yves

toad.jpg

On vous en avait parlé en juin dernier, les jouets Thomas & Friends retirés du marché aux USA à cause de peinture au plomb. C’était pas très rigolo et on s’est tous posé plein de questions du genre “le capitalisme sauvage et notre propre manque de civisme vont-ils amener notre civilisation à sa perte?”, mais après on a vite oublié tout ça et on est allé manger une glace pistache-vanille.

Et bien l’histoire n’est pas finie, et surtout elle est en fait plus drôle qu’on ne le pensait. Les jouets en question ont bien été rappelés par la compagnie RC2, qui a ensuite envoyé un autre jouet en bonus et en guise de cadeau d’excuse aux clients mécontents. Malheureusement, ils viennent de se rendre compte que certains de ces nouveaux jouets sont eux aussi couverts de peinture au plomb, et ces mêmes clients ont reçu une nouvelle lettre leur demandant de vérifier le numéro de série du jouet, et de le leur renvoyer le cas échéant… Il est temps pour RC2 de changer d’usine, changer d’employés, changer d’agence de communication, et sans doute de chercher de nouveaux clients.

Merci Consumerist

Faucon Millenium en LEGO

28 September 2007, posté par Stahlhelm

legofalcon.jpg
Faucon Millenium en LEGO®. Photo © Gizmodo

Gizmodo a mis en ligne une série d’images de la version LEGO® du fameux Faucon Millenium (en anglais : Millennium Falcon), le vaisseau de Han Solo (et avant lui de Lando Calrissian) dans La Guerre des étoiles.

Avec ses plus de 5000 pièces (sic), ses 90cm de long, son prix sulfureux de USD 499.- et les 1,8kg de son mode d’emploi, le Faucon Millenium est le plus gros joujou LEGO® qui existe. En voilà une jolie source des guilis dans le slip :

legofalcon001.jpg
La boîte. Photo © Gizmodo

legofalcon002.jpg
Les guilis. Photo © Gizmodo

legofalcon003.jpg
Le mode d’emploi. Photo © Gizmodo

Et voici la vidéo qui prouve que la vie c’est quand même une vraie partie de plaisir :

Pour vous rafraîchir un peu la mémoire voici la fiche technique du Faucon Millenium :

Nom : YT-1300 « Faucon Millenium »
Concepteur : Corporation Technique Corellienne
Taille : 26.70 m de longueur
Vitesse : 105 MLGT (1200 Km/h en atmosphère)

Armes :
2 lance-missiles à concussion ST2 (4 par lanceur)
1 canon blaster automatique Taim et Bak
2 canons quadrilaser AG-2G

Equipage :
1 pilote
1 copilote
2 navigateurs
2 canonniers
6 passagers

Moteur : Turbine à flux ionique
Vitesse : 105 MGLT (1200 Km/h)
Capacité de transport : 100 tonnes
Hyperpropulsion : propulseur subspatial à multiplicateur d’hyperpropulsion de classe 0.5

Bouclier :
1 générateur d’écran déflecteur arrière Kuat Propulsion
1 générateur d’écran déflecteur avant Korplex
2 générateurs à champ de stase Novaldex
1 générateur à champ anti-concussion Nordoxicon
1 système de contre-mesures Carbanti 29L

Constitution : Coque en duracier renforcée au titane

Comme je ne lis plus Gizmodo depuis des mois, merci Geekdad.

LEGOrgie

25 July 2007, posté par Stahlhelm

De retour de la chasse
De retour de la chasse © [Soren], 2005

Tout petit encore, [Soren] bavait sur les cafignons de son élégante maman. Nous aussi, évidemment. Plus tard, il avait appris à se servir d’un mouchoir de soie pour essuyer ledit filet de la honte. Là, pour nous, tout dépend de notre éducation.

Ensuite, le temps passa et pas à pas les petits doigts boudinés de M. [Soren] eurent très vite envie de se surpasser et le précoce petit chérubin demanda à sa divine maman de lui acheter la dernière boîte géante de Lego. C’est là que l’évolution a commencé à faire son travail au ciseau le plus fin et a séparé le génie de [Soren] de nos créations briquées certes maigres, mais dont nous étions si fiers.

Space Booster
Space Booster © [Soren], 2005

Mr. Choppy
Mr. Choppy © [Soren], 2005

Aliens
Aliens © [Soren], 2005

Plus de jouissance encore du côté de chez un autre gaga de Lego, jonpalmer.

Merci Akihabara News.

MIO, le chien-robot (peut-être chasseur de cafards-robots)

3 July 2007, posté par Stahlhelm

MIO, le petit chien robot
Fiche technique de MIO fournie par SegaToys, image © 2007

Après les bestioles bariolées tiptop que nous présentait Marc dans son dernier opus, voici MIO, autre petite merveille bourrée de technologie bon marché présentée au Tokyo Toy Show 2007 qui vient de se terminer dimanche dernier.

MIO est donc un chien robot lancé par SegaToys avec plusieurs zones érogènes permettant à nos chers tortureurs de cafards d’interagir avec la bête, qui, en retour et sans arrière-pensées, exprime ses sentiments à travers ses yeux LCD et des jappements pixélisés qui feraient fondre les plus rudes parmi nous. Ça ni chie ni ne pisse, marche tant bien que mal et risque bien de s’attaquer donc à vos cafards-robots qui eux s’attaqueront peut-être un jour aux jouets de vos chérubins. Une vraie chaîne alimentaire à piles.

En vente à partir du 06.10.2007. Au Japon, en fait.

Merci Akihabaranews.

Des cafards pour nos enfants

3 July 2007, posté par Marc

hexbug.jpg
Descriptif du Hex Bug fourni par Bandai, image © 2007

Bandai, le troisième plus grand producteur de jouets au monde, connu notamment pour l’invention du fameux Tamagotchi, lance un nouveau type de bestiole plus fausse que nature : le Hex Bug (comprenez « cafard sorcier »). Il s’agit d’un insecte robotisé, — esthétiquement peu ragoûtant mais technologiquement réjouissant —, qui s’apprête à envahir la cuisine et les toilettes des familles innocentes qui auront eu la bonne idée de confier aveuglément l’argent des courses à leurs gosses.

Capable d’éviter les obstacles, de réagir aux claquements de mains, ce cauchemar sur pattes fonctionnant à l’aide de minuscules batteries sera disponible d’ici la fin de l’année pour quelque 16 dollars (presque 12 euros). Je pense que même moi, qui ai connu les blattes germaniques, ne parviendrai pas à m’y faire. Remarquez, si ledit Hex Bug s’avère capable de manger les jouets de ma fille, je deviendrai vite son ami et… finirai même par amener d’autres de ses semblables à la maison.

Allez, une petite promo de derrière les fagots :

Merci, Technabob, de nous avoir avertis.

L’odyssée des canards en plastique

30 June 2007, posté par Marc

canards.jpg
Photo © Elf, 2004

Il y a quinze ans, un cargo libérait accidentellement quelque 30000 canards en plastique dans l’océan Pacifique. Leur histoire avait commencé dans une usine chinoise (bon, ça, on s’en doutait), puis s’était vue chamboulée lors de leur croisière de Hong Kong aux États-Unis : le 29 janvier 1992, un puissant orage en pleine mer projetait trois conteneurs par-dessus bord. Deux tiers des canetons naviguèrent vers le Sud, traversèrent les tropiques et s’échouèrent sur les plages indonésiennes, australiennes et sud-américaines.

Cela dit, dix mille des canards libérés en 1992 (connus sous le nom de Friendly Floatees) avaient pris la route du Nord, se retrouvant quelques mois plus tard aux environs de l’Alaska. Il leur fallut trois ans pour naviguer d’Ouest en Est en direction du Japon, puis pour revenir en Alaska en suivant un courant du Pacifique nord (le North Pacific Gyre) jusqu’à atteindre l’Arctique. Une bonne partie d’entre eux traversèrent ensuite le détroit de Bering. Pris dans la glace, ils allaient dériver vers l’Atlantique à raison d’un mille par jour.

En 2000, les canards furent repérés dans l’Atlantique Nord et, en 2003, on les attendait sur la côte est des États-Unis. Ces deux dernières années, ces jouets se firent rares, presque invisibles, sans doute à cause de la dépigmentation provoquée par le soleil et les embruns. Aujourd’hui, certains océanographes prévoient qu’ils échoueront au Sud-ouest de l’Angleterre, au Sud de l’Irlande et sur la côte ouest de l’Écosse au terme d’un voyage de 27000 kilomètres. Simon boxall, du Centre océanographique national de Southampton, affirme que ces canards ont permis — l’air de rien — une étude des changements climatiques et des courants marins.

Le matériau de fabrication de ces jouets devrait tenir encore une bonne centaine d’années. À l’heure actuelle, ce sont de vrais objets de collection qui se vendent aux environs de 740 euros. Quiconque en retrouvera un exemplaire pourra aussi le revendre 100 dollars (74 euros) au distributeur qui les commercialise aux USA, First Years Inc. En chasse !

Merci Times Online

Vaudou maux d’amour

27 June 2007, posté par Marc

vaudou.jpg
Photo © My Crazy Stuff, 2007

Ça faisait longtemps qu’on l’attendait. Votre travail vous les brise, les impôts vous empêchent de partir en vacances ou d’acheter la bécane de vos rêves ? La poupée vaudou antistress (livrée avec trois aiguilles) vous permettra de vous défouler à moindre coût. Peut-être même que votre banquier, votre boss ou votre fonctionnaire préféré finiront par se péter une guitare, à force que vous perforiez votre figurine souffre-douleur.

Il existe un autre modèle, « spécial garçons », avec lequel vous maudirez votre femme (ou votre maîtresse) en toute discrétion. Vous pourrez par exemple obtenir la fermeture de sa boutique de fringues, couper son téléphone, lancer quelque malheur à votre belle-mère. Bref, que du bonheur en perspective.

Cela dit, une « version filles » est aussi disponible. Mais nous n’en parlerons pas. Le pris de l’une de ces diableries du dimanche, qui sentent bon la haine et la vengeance ? 8.90 €. Une bagatelle, pour pactiser avec le Bawon Sanmdi

Au fait, à quand les sachets de tétrodotoxine ? J’en achèterais par kilos.

Des gadgets à deux balles

24 June 2007, posté par Marc

cocamoto.jpg
Photo © Gertrud K., 2006

Imaginez : vous n’avez pas un kopeck, pas une piastre en poche. Vous habitez un pays où il est aussi facile d’accéder à l’eau potable que de devenir millionnaire. Comment faites-vous pour régler les mille problèmes du quotidien ? Pour vous amuser envers et contre tout ?

Le vélo aiguiseur de couteaux, la machine à soudure faite maison, le four à sécher le bois, l’éolienne en tôle et pièces de vélo, la vespa en cannettes de coca, le biogaz de fortune : autant d’inventions qui mêlent récupération, intelligence, débrouillardise et… humour.

Inspiré par Make (le magazine du bricoleur inventif), AfriGadget est un blogue communautaire lancé il y a une année. Son but ? Montrer de quelle manière les problèmes de la vie quotidienne sont résolus dans divers pays d’Afrique à l’aide d’une seule manière première : l’ingéniosité.

Les p’tits trains, c’est mauvais pour le cerveau

20 June 2007, posté par Marc

ptittrain.jpg
Byron the Bulldozer de la série Thomas & Friends, image © RC2, 2007 (Image utilisée à titre d’illustration : elle ne représente pas forcément un jouet réputé dangereux.)

Cette année, 24 jeux pour enfants se sont vus retirés du marché étasunien à cause du danger qu’ils représentaient pour les jeunes consommateurs (j’entends par là : pour ceux qui les « consomment » littéralement, avec la bouche). Des bataillons de parents, d’avocats et d’organismes de contrôle ont tiré la sonnette d’alarme et forcé le retrait d’un million et demi de petits trains Thomas & Friends manufacturés… en Chine (pour le compte de l’entreprise RC2). Bon, me direz-vous, rien d’étonnant à cela, vu que tout, désormais, est fabriqué en République populaire, qu’il s’agisse de nos ordinateurs, de nos fringues ou des jouets que nous offrons à nos enfants innocents.

Parmi les jeux incriminés, citons notamment un œil de goule artificiel (les vraies mirettes de vampire s’avérant très difficiles à obtenir) rempli de kérosène, des tambours et nounours vernis à la peinture au plomb et un hochet présentant un danger d’électrocution.

L’année passée, pas moins de 467 jouets vendus sur sol américain ont été rappelés chez leurs fabricants chinois, ce qui signifie que 60% de tous les produits qui sont retournés à la case départ provenaient de Chine.

Quel danger représentent les petits trains enduits de peinture au plomb ? La destruction des cellules cérébrales ou, plus précisément, le saturnisme dont étaient victimes les imprimeurs d’autrefois (qui ingéraient malgré eux le plomb de leurs fontes).

Alors, pour son prochain anniversaire, n’hésitez plus : offrez-lui des pétards.

Merci IHT


Fermer
E-mail It