Archives pour la tagégorie
« artefacts »

Black Movie – festival de films des autres mondes

25 January 2009, posté par Yves

Il y en a qui en ont perdu le goût. Moi pas, mais je suis exceptionnel (c’est ma maman qui le dit). Bref, ils le mettent de manière si éloquente en intro sur la page d’accueil de leur site web (avec les bandes-annonces qui démarrent automatiquement donc coupez le son si vous êtes au travail):

“Pour reprendre le goût au cinéma, une seule solution: voir de bons films Voilà la vérité toute simple que je cherchais depuis deux mois. Se consoler avec du saké ne peut conduire qu’à aimer le saké, non à se réconcilier avec le cinéma” Yasujiro Ozu, Carnets 1933-1936, 2 septembre 1935.

“Ils” ce sont les gentils gens derrière le festival Black Movie de films des autres mondes bien évidemment, qui démarre le 30 janvier et durera jusqu’au 8 février. Ça vous laisse 5 jours pour vous décider parmi les 10 programmes et 73 films en provenance de 26 pays, de l’Argentine au Zimbabwe, en passant par l’Inde, le Japon ou encore les Philippines.

Forcément, les plus téméraires (euphémisme pour dire “coquins”) iront faire un tour du côté de la section l’Empire des sens, où la sélection de neuf films érotiques couvrant 15 ans de productions japonaises de plus en plus radicales évoque “l’émancipation de la femme par l’acte sexuel”.

Au programme: “Gushing Prayer : 15 year old Prostitute” de Masao Adachi (1971), “La femme de Seisaku” de Yasuzo Masumura (1965), “La maison des perversités (The Watcher in the Attic)” de Noboru Tanaka (1976), “La véritable histoire d’Abe Sada” de Noboru Tanaka (1975), “Marché sexuel des filles” de Noboru Tanaka (1974), “Passion” de Yasuzo Masumura (1964), “Tatouage” de Yasuzo Masumura (1966), “The Woman with Red Hair” de Tatsumi Kumashiro (1979), et “Une femme à sacrifier” de Masaru Konuma (1974).

Au Japon, ce sujet rejoint une culture où les sentiments sont fréquemment dissimulés par une imagerie forte, souvent sado-masochiste avec une prédominance du bondage. Films réservés à des yeux avertis, ils se prêtent cependant à plusieurs niveaux de lecture.

Et pendant que vos yeux avertis en valent deux, nos chères têtes blondes pourront aller se régaler d’un programme spécialement concocté pour eux au Petit Black Movie.

Il s’agit de faire découvrir une cinématographie ignorée par l’exploitation classique, de retrouver la magie du grand écran avec des œuvres ne répondant pas aux produits calibrés habituellement.

Mais évidemment, il n’y a pas que des fifilles qui s’émancipent des yakuza qui s’étripent, comme vous pourriez déjà en avoir le cœur net si vous aviez téléchargé le programme un peu.

Bon, je vous laisse, je dois retourner à la cuisine voir si Yukiko a commencé à geindre…

Taxidermie mécanique

19 February 2008, posté par Stahlhelm

Fixed - Ferret
Fixed – Ferret © Lisa Black

Lisa Black est une artiste ma foi talentueuse et néo-zélandaise qui adore les animaux. Statiques, imperméables et augmentés. Empaillés aussi, mais avec un brio et une touche personnelle qui rajoute cette once de guilis qui nous torpillent le bas-ventre si souvent dans l’équipe de LiLeLa.

Fixed - Ferret
Fixed – Ferret © Lisa Black

Fixed - Baby Crocodile
Fixed – Baby Crocodile © Lisa Black

Fixed - Fawn
Fixed – Fawn © Lisa Black

Fixed - Fawn
Fixed – Fawn © Lisa Black

Fixed - Duckling
Fixed – Duckling © Lisa Black

Merci NOTCOT.ORG.

barbie massacre

30 October 2007, posté par Stahlhelm

Barbie Massacre
Barbie a perdu la tête © catgalx@gmail.com

Les férus de justice humblement cachés derrière le magnifique barbie massacre travaillent en étroite collaboration avec les polices de la planète entière pour révéler aux yeux incrédules de profanes comme vous et moi ces horribles crimes haineux dont sont parfois victimes Barbie, Ken et leurs petits amis de plastique.

Barbie Massacre
Sanglante découverte © catgalx@gmail.com

Barbie Massacre
Barbie a (partiellement) perdu un bout de sa tête © catgalx@gmail.com

Barbie Massacre
Wal-Mart ? © catgalx@gmail.com

Merci Hugo Strikes Back!

Projecteur portable

23 October 2007, posté par Stahlhelm

Des chercheurs du département informatique de l’Université de Toronto bossent sur l’interaction humain-machine et plus spécifiquement sur l’utilisation de projecteurs portables :

Merci Bruce Sterling.

Et ouste l’arachnophobie !

5 October 2007, posté par Stahlhelm

Mondo Spider - le schéma

J’ai enfin trouvé un moyen de me débarrasser définitivement de cette phobie des araignées qui me hante depuis ma plus tendre enfance et me fit tellement honte pendant la première phase de mon mariage. Regardez-moi ça !

Apocalyptique véhicule né des amours incestueuses du Burning Man et de l’acier domestiqué, Mondo Spider est une grosse sculpture en mouvement qui se joue de nos peurs conjuguées des aranéides et de la subreptice invasion technologique.

Mondo Spider, c’est beau.

On est bien d’accord que toute résistance serait futile. Mais j’avoue que mon arachnophobie pourrait bien s’évanouir dans ce qui reste de la nature sauvage et vierge pour un seul petit tour sur cette fantastique bécane.

Des tonnes de vidéos bien mieux que celle là-haut ici et .

En Mondo Spider, tu fonces !

Merci Zooillogix.

Réveil en douceur

5 October 2007, posté par Stahlhelm

alarm_ring.jpg

Le RING, génialement conçu par le designer de bon goût Meng Fandi, est un réveil-matin pour les couples et les malentendants qui vibre au bout de votre doigt au lieu de vous filer un arrêt cardiaque et qui évite aussi de réveiller madame lorsque vous devez prendre le LX 2801 pour gagner votre pain, et celui de ladite madame.

alarm_ring2.jpg

alarm_ring3.jpg

Faucon Millenium en LEGO

28 September 2007, posté par Stahlhelm

legofalcon.jpg
Faucon Millenium en LEGO®. Photo © Gizmodo

Gizmodo a mis en ligne une série d’images de la version LEGO® du fameux Faucon Millenium (en anglais : Millennium Falcon), le vaisseau de Han Solo (et avant lui de Lando Calrissian) dans La Guerre des étoiles.

Avec ses plus de 5000 pièces (sic), ses 90cm de long, son prix sulfureux de USD 499.- et les 1,8kg de son mode d’emploi, le Faucon Millenium est le plus gros joujou LEGO® qui existe. En voilà une jolie source des guilis dans le slip :

legofalcon001.jpg
La boîte. Photo © Gizmodo

legofalcon002.jpg
Les guilis. Photo © Gizmodo

legofalcon003.jpg
Le mode d’emploi. Photo © Gizmodo

Et voici la vidéo qui prouve que la vie c’est quand même une vraie partie de plaisir :

Pour vous rafraîchir un peu la mémoire voici la fiche technique du Faucon Millenium :

Nom : YT-1300 « Faucon Millenium »
Concepteur : Corporation Technique Corellienne
Taille : 26.70 m de longueur
Vitesse : 105 MLGT (1200 Km/h en atmosphère)

Armes :
2 lance-missiles à concussion ST2 (4 par lanceur)
1 canon blaster automatique Taim et Bak
2 canons quadrilaser AG-2G

Equipage :
1 pilote
1 copilote
2 navigateurs
2 canonniers
6 passagers

Moteur : Turbine à flux ionique
Vitesse : 105 MGLT (1200 Km/h)
Capacité de transport : 100 tonnes
Hyperpropulsion : propulseur subspatial à multiplicateur d’hyperpropulsion de classe 0.5

Bouclier :
1 générateur d’écran déflecteur arrière Kuat Propulsion
1 générateur d’écran déflecteur avant Korplex
2 générateurs à champ de stase Novaldex
1 générateur à champ anti-concussion Nordoxicon
1 système de contre-mesures Carbanti 29L

Constitution : Coque en duracier renforcée au titane

Comme je ne lis plus Gizmodo depuis des mois, merci Geekdad.

LittleDog

20 September 2007, posté par Stahlhelm

LittleDog

LittleDog est un petit robot quadrupède développé par Boston Dynamics et utilisé dans des recherches sur la motricité. Plus précisément sur les relations entre l’apprentissage de la motricité, le contrôle dynamique, la perception de l’environnement et les déplacements en terrain accidenté.

Sympa en photo, LittleDog l’est beaucoup moins en mouvement comme vous pourrez le constater dans la vidéo qui suit. Car la vraie vérité cachée derrière les motivations de Boston Dynamics est bien de nous faire peur au plus profond de notre moëlle et nous dire que les robots, finalement, ce n’est pas si chou que ça. LittleDog est en fait un parfait petit monstre grotesque dont les mouvements indécis et saccadés me fichent des frissons ataviques de derrière d’horribles fagots et qui n’a rien d’un chien. On dirait plutôt un gros crapaud décapité en quête de chair fraîche :

Merci Beyond the Beyond.

Cuir et cuivre d’origine

14 September 2007, posté par Marc

sparkhead.jpg
Photo © Steve Erenberg, 2007

L’une des déviances esthétiques les plus fréquentes parmi les rédacteurs de votre site d’info favori est celle du steampunk. Ce goût ― quasi malsain ― pour la littérature qui sent bon la graisse, le cuivre, les boulons, le cuir et le papier de chiffon, cette tendance dis-je, nous permet de faire de jolis rêves en forme d’usines à gaz.

Au-delà des artistes d’obédience steampunk (qui révèlent leurs fantasmes conjugués au futur antérieur), il existe bon nombre d’amateurs de vraie technologie ancienne, des amoureux du cuir patiné in vivo, du métal brossé par le temps et la patience des antiquaires aux doigts parcheminés (et parfois crochus).

L’un de ces collectionneurs d’anciennetés a ouvert un site où il expose ses trouvailles (ainsi que des créations personnelles, selon toute vraisemblance). À l’instar des artefacts steampunk, ces objets éveillent en nous quelques frissons issus de nos souvenirs d’enfance : visites chez le dentiste, découverte des bocaux de formol du musée d’histoire naturelle, visite des abattoirs cantonaux, et j’en passe, et des meilleurs.

En effet, Steve Erenberg (alias Radio-Guy), sur son site pas si mal foutu, nous présente à la fois des jouets d’autrefois, de vieilles radios et… des instruments de médecine à vous paralyser les sphincters. Parcourez les pages de Radio-Guy au réveil, pas avant de vous en aller rejoindre la couette de vos cauchemars favoris. Conseil d’ami.

La Main (Tendue) Verte

12 September 2007, posté par Stahlhelm

Désespoir
Photo © OpenEye, 2007

On connaissait tous la Main Tendue, service téléphonique helvétique de la dernière chance pour la sous-classe d’entités-carbone à deux pattes communément appelée « humains en plein désespoir ».

Nos silencieuses compagnes les plantes ont désormais aussi accès à un service d’urgence leur permettant d’éviter la désertification en pot par négligence : botanicallsTM est un système de communication végétal-humain que la plante utilise pour appeler son maître lorsqu’elle manque d’eau ou de lumière.

Plante
Photo © G0Da, 2006

Le système est composé de capteurs de lumière et d’humidité connectés à un microcontrolleur Arduino et plantés au sein même du terreau-matrice. Losque le microcontrolleur détecte la détresse de la plante assoiffée, il envoie les données relevées via son modem wifi XBee® à une borne XPort®. XPort® se connecte ensuite à la matrice et contacte un script PHP qui transmet les données à Asterisk®, un système téléphonique open-source d’où part l’appel vers le terminal de votre choix :

Système botanicalls

Et si vous désirez en savoir encore bien plus sur cette technologie qui nous pousse encore un peu plus loin dans le précipice imminent de la Singularité, je ne peux que vous encourager à visionner la vidéo de promotion suivante :

A quoi ça sert ?

Merci Next Nature.


Fermer
E-mail It