Archives pour la tagégorie
« sommeil »

Unité inhabitée #25

6 May 2008, posté par Yves

Encore un lecteur de lll qui attend le prochain billet, les yeux brillants d’excitation sous des paupières de plus en plus lourdes…

Bon, mais sérieusement, il y a quelqu’un qui nous lit? Si vous avez envie de taper du poing sur la table et/ou nous faire des promesses à base de carottes et de bâtons virtuels, suffit de les mettre en vrac dans les commentaires ci-dessous. Pas de chichis entre nous, hein.

Sleeping Chinese

30 October 2007, posté par Yves

sleeping_chinese1.jpg
Photo © sleepingchinese.com

On nous a innondé de ces photos de Japonais qui dorment dans la rue (on nous a même parfois un peu éclaboussé du vomi de ceux qui ne dorment pas du sommeil du juste mais de celui du shochu pas cher du vendredi soir). Au diable les préjugés! En Chine aussi on dort en public, n’importe où, en plein jour et dans des position débiles. Pour preuve, les 600+ photos dans les galeries de sleepingchinese.com. Alors, quelque chose à redire sur les 35 heures?

sleeping_chinese2.jpg
Photo © sleepingchinese.com

Réveil en douceur

5 October 2007, posté par Stahlhelm

alarm_ring.jpg

Le RING, génialement conçu par le designer de bon goût Meng Fandi, est un réveil-matin pour les couples et les malentendants qui vibre au bout de votre doigt au lieu de vous filer un arrêt cardiaque et qui évite aussi de réveiller madame lorsque vous devez prendre le LX 2801 pour gagner votre pain, et celui de ladite madame.

alarm_ring2.jpg

alarm_ring3.jpg

Syndrome de Kleine-Levin (KLS)

21 August 2007, posté par Yves

kleine-levin.jpg
Photo: Lianne Bed © rileyroxx

Si vous n’avez vraiment pas envie de vous lever le matin, que vous êtes crevé toute la journée, que vous avez envie de manger des chips et des trucs sucrés, et de tripoter toutes les jolies filles que vous rencontrez et vous-même, dites que vous avez Kleine-Levin et que tout ce qu’on peut faire c’est d’attendre que ça passe, et vous laisser dormir. Mais attention, il faudra tenir le coup pendant des années, 10 à 20 heures par jour…

Le syndrome de Kleine-Levin (KLS) est une maladie rare qui touche les adolescents et disparaît autour de la trentaine. L’Association Belge du Syndrome de Kleine-Levin le décrit comme une forme atypique du trouble bipolaire caractérisée par des cycles d’hypersomnie importants, allant jusqu’à vingt heures de sommeil par jour, marqués par des troubles du comportement, de boulimie, d’irritabilité, de désorientation, d’hallucinations, de bouffées délirantes, d’hypersexualité, d’un manque total d’énergie, d’absence émotionnelle et d’un replis sur soi, et souvent d’une hypersensibilité au bruit et à la lumière.

Souvent diagnostiqué à tort comme une mononucléose, Kleine-Levin est souvent précédé par de la fièvre et des symptômes grippaux, et il semblerait que plusieurs facteurs entraînent la maladie. Dr Mignot, expert KLS à Stanford, pense par exemple à un virus ou une bactérie à laquelle certaines personnes seraient génétiquement plus sensibles, et il est à la recherche du gène en question.

La Kleine-Levin Syndrome Foundation et l’université de Stanford recherchent des personnes souffrant de Kleine-Levin (KLS) ou qui en ont souffert dans le passé, intéressées de participer au programme de recherche qui a démarré dans le but de trouver la cause et un traitement de cette maladie rare. Mais pas la peine de les contacter si vous êtes juste un gros flemmard…

Bâillez, ça vous remettra les idées en place

4 July 2007, posté par Marc

hippo.jpg
Hippopotame bâillant, photo © Steve Barrett, 2005

Parfois, en lisant d’autres blogues que le nôtre, ou en vous plongeant dans le planning de la semaine, vous vous mettez involontairement à faire grand étalage de vos plombages, découvrant du même coup les restes de salade restés bloqués entre vos incisives. Eh bien, ne vous faites pas de souci : votre patron devrait vous être reconnaissant. Bâiller, ça augmente la productivité. Si si.

Selon les psychologues Andrew et Gordon Gallup de l’Université d’État de New York à Albany, bâiller augmente la circulation sanguine et refroidit le cerveau. D’ailleurs, les bâillements seraient « contagieux » à cause d’un mécanisme d’empathie servant à maintenir la vigilance du groupe (du genre : « attention, la compta va de nouveau nous tomber dessus, c’est lassant — bâillons pour rester vigilants »). En conclusion, le bâillement ne serait pas une invitation au sommeil, mais un moyen comme un autre de lutter contre lui.

Merci New Scientist

Pour cesser de ronfler, faites-vous électrocuter !

1 July 2007, posté par Marc

ronfleur.jpt
Photo © 1000 Reflections, 2007

Les mauvaises langues (votre femme en premier) prétendent que vous sciez du bois et que vous leur rappelez la parade amoureuse du porc laineux. Qu’à cela ne tienne : il existe désormais un petit objet inspiré sans doute par les méthodes du Sentier lumineux : le Snore Stopper (littéralement : le « Ronflostoppeur »). Commercialisé par l’entreprise Hivox Biotek Inc., ce bracelet d’origine taïwanaise est muni d’un capteur qui, dès que vous ronflez un poil trop fort, déclenche une procédure… d’électrocution. Bon, légère, l’électrification de votre poignet : de 2.5 à 14 volts. Hivox promet que ce n’est pas douloureux, et que le procédé consiste simplement à stimuler vos nerfs (à vous énerver, donc) afin que vous cessiez d’empêcher votre partenaire de rêver au prince charmant qui, lui, ne ronflerait pas (pas plus qu’il ne boirait ni ne reluquerait les minettes, c’est bien connu).

Là, vous vous dites qu’il est préférable de torturer votre prochain (ou votre prochaine) plutôt que de vous faire travailler les chairs par une machine aux faux airs de breloque. Comme je vous comprends… et c’est pourquoi je vous présente une autre solution (avant l’amygdalectomie) bien plus confortable et défendable au moment du p’tit déj’ avec celle qui n’aura pas dormi.

Il s’agit d’un oreiller anti-ronflette portant le doux nom de Sona Pillow. Ç’a l’air plus marrant, ça, hein ? En effet, ce coussin qui ne ressemble à peu près à rien (sinon à un ours en peluche dont on aurait tranché la tête et le bassin), fonctionne très simplement : il recèle à chacune de ses extrémités un petit espace vous permettant de passer un bras. Si vous dormez ainsi, votre biceps sous la tête, vous ne vous remettrez plus sur le dos et… vous n’aurez plus besoin de chercher désespérément des croissants, le dimanche matin sous la pluie, afin d’amadouer madame dont les cernes verdâtres vous rappellent votre dernière prise de sang. Pas mal, mmm ?

Le prix de la quiétude ? 99 dollars, c’est-à-dire quelque 73 euros. Remarquez, le Snore Stopper est moins cher (80 dollars, environ 59 euros), mais à votre place…


Fermer
E-mail It