Archives pour la tagégorie
« soubrettes »

Le vieux Tokyo

28 août 2007, posté par Stahlhelm

Edo panoramique
Photo panoramique de Yedo, © Felice Beato, circa 1865-1866. Cliquez pour agrandir.

Ce que toi, avide surfeur de la Toile, connais d’habitude de la capitale des Pokemon, ce sont les abondantes photos de soubrettes-somnifères arpentant les rues proprettes d’Akihabara à la recherche du prince charmeur.

Parc d’Asakusa
Parc d’Asakusa, Tokyo, circa 1910 (via Old Tokyo)

Or, qui se serait douté en serrant ses petits poings de rage que les nerds et autres geeks encapuchonnés de notre quotidien ne furent pas les premiers à poser les semelles usées de leurs bottes d’envahisseurs sur le pavé de la capitale nippone. Hein ? Tu t’en étais douté toi, fidèle lecteur lilelaïque ?

Akasakamon
Porte d’Akasaka du château d’Edo, Tokyo, 1875. Photo © Université de Nagasaki.

Old Tokyo, délicieux site dédié aux vieilles photos de Tokyo, parmi d’autres, est là pour nous remettre le point sur les I.

NB: La JAL n’existait pas encore à l’époque.

Merci Japan Probe.

Les robots ont-ils des hémorroïdes ?

23 juin 2007, posté par Marc

hrp3.jpg
Le robot HRP-3 Promet Mk-II de Kawada Industries et alii

C’est la question que je me suis posée en matant une vidéo sur YouTube. Il s’agit de la présentation d’un joujou de 1.6 m (un robot adolescent ?) pesant 68 kg tout mouillé (vous comprendrez bientôt la pertinence de cet aqueux détail). Son blaze ? HRP-3 Promet Mk-II (tiens, c’est au moins aussi facile à retenir que Tlahuizcalpantecuhtli).

La bestiole a été développée grâce aux efforts conjoints de Kawada Industries, de Kawasaki Heavy Industries et de l’Institut national de recherche en sciences et technologies industrielles (du Japon). Le but de cette geekerie à 2.4 M€ ? Développer un humanoïde suffisamment résistant et habile pour se mettre à bosser comme nous, mammifères plantigrades salariés.

Comme vous le découvrirez en zieutant le même petit film que moi (ci-dessous), Ma-kun (c’est ainsi que l’appellent les adolescentes à couettes en jupettes et socquettes) est capable de fixer un boulon en laissant tomber la visseuse, de marcher sous la pluie comme Gene Kelly sans se péter le coccyx (il n’en a pas, vous l’aurez deviné) et de se faire peloter par un mec sapé comme le King de Memphis (sans les paillettes).

Ainsi que je vous l’annonçais en titre, une question me tarabuste au terme de cette étrange démonstration de promenade cybernétique. Comment un robot aussi balèze que HRP-3 peut-il se traîner comme un gaijin qui aurait abusé du wasabi ? La question demeure. Ou peut-être sont-ce les mÅ“urs des cybernéticiens dont il faudrait un jour parler sur LiLeLa. À bon entendeur.

Merci Pink Tentacle

Pas touche, mais en uniforme

22 juin 2007, posté par Stahlhelm

Maid café
Photo © kokorohamoe, 2006

Tout le monde est au courant que le Japon est le pays des maid cafés, du cosplay et de l’oden en boîte.

Or, aujourd’hui, en ces temps d’horrible violence gratuite et d’extrême torpeur amoureuse, une nouvelle porte vers le bonheur vénal s’offre à nous autres, touches-pipi frénétiques mais top timides : un service de location de soubrettes (en uniforme complet) aux côtés desquelles le chaste client peut s’endormir tout la nuit pour JPY40’000.-.

Si, si, vous avez très bien lu : c’est juste pour dormir à côté d’une petite Japonaise maigrichonne qui cache sa calleuse ossature derrière une panoplie de noirs et de blancs bien harmonieux. Et pas question de lever ne serait-ce que votre petit doigt en direction de la demoiselle. Non. C’est pas touche ! Le seul échange possible, mis à part celui de mots doux, est celui de vos humidités corporelles respectives par capillarité aéroportée.

Site officiel (apparemment le club est toujours à la recherche de volontaires).

Merci Japan Probe.


Fermer
E-mail It