Archives pour la tagégorie
« homosexualité »

Un film sur les caméras

26 June 2007, posté par Marc

cctv.jpg
Image : droits réservés

Tiens, voilà une bande annonce qui m’a agréablement rappelé un roman de Charles Stross, La jungle de béton (The Concrete Jungle), où il est question de caméras de surveillance britanniques détournées (ou plutôt : piratées) afin de tuer à distance par… gorgonisme.

Il s’agit cette fois Surveillance, un film réalisé par Paul Oremland et présenté la semaine passée au Festival lesbien, gay, bisexuel et transgenres de San Francisco (San Francisco LGBT Film Festival). L’intrigue tourne autour d’un jeune enseignant anglais ayant eu une aventure d’un soir avec l’amour secret de l’un des membres (!) de la Famille royale. Le problème, c’est que notre personnage se retrouve malgré lui au milieu d’un scandale mettant en cause la Monarchie. Il a soudain la fâcheuse impression d’être observé par les milliers de caméras qui espionnent jour et nuit le territoire britannique.

D’après ce long métrage, les citoyens de Grande-Bretagne sont en moyenne filmés 300 fois par jour par des caméras de surveillance. Hmmm. La prochaine fois que vous fumerez une tige sur le balcon, n’oubliez pas de sourire. D’ici-là, planquez-vous (seul) dans le placard et matez la bande-annonce ci-dessous :

Merci The Underwire

La guerre, c’est gay

18 June 2007, posté par Marc

enola.jpg
L’équipage de l’Enola Gay, avion ayant largué la première bombe sur Hiroshima

En 2004, le Sunshine Project, groupe opposé à l’usage d’armes chimiques basé à Austin (Texas) et à Hambourg, avait révélé l’existence d’un projet militaire étasunien visant à créer une bombe hormonale (non, il ne s’agit pas de Halle Berry) qui transformerait les vaillants guerriers en gay lurons plus enclins à faire l’amour… que la guerre.

L’idée est venue du Air Force Wright Laboratory de Dayton (Ohio) qui demandait 7.5 millions de dollars pour développer cet audacieux projet. L’effet d’une telle bombe ? Contaminant les soldats par l’intermédiaire de leurs voies respiratoires et de leur peau, l’aphrodisiaque chimique aurait rendu les hommes irrésistibles les uns pour les autres. Une autre proposition d’arme « alternative » aurait permis de mettre en pétard les abeilles de telle sorte qu’elles s’attaquent aux militaires…

Si vous aviez le choix entre subir le dard des abeilles ou celui de votre compagnon en uniforme (et fétichiste malgré lui), que prendriez-vous ?

Merci Washington Post


Fermer
E-mail It