Archives pour la tagégorie
« Okinawa »

Et on ne m’avait rien dit

4 février 2008, posté par Marc

yonaguni.jpg
Photo : droits réservés. Source : Atareq, 2007

Au moment de coucher ces mots sur la Toile, je me demande pourquoi mes amis cthulhophiles ne m’ont jamais parlé de cette affaire…

La terrible et cyclopéenne cité de R’lyeh, née des cauchemars lovecraftiens, se situerait, selon le romancier de Providence, à 47Ëš 9’ de latitude sud et à 126Ëš 43’ de longitude ouest (« The Call of Cthulhu », Weird Tales, Chicago, 1928), c’est-à-dire dans le Pacifique sud, dans ce qu’il convient d’appeler « le cul du monde Â».

Pourtant, cette cité engloutie, d’où Cthulhu sommeillerait, rêveur, en attente de son festin d’humanité, pourrait se situer ailleurs, plus précisément dans la zone orientale du Pacifique, à 125 kilomètres de la côte est de Taïwan, à l’extrême sud de l’archipel nippon de Ryukyu (琉球, ou plutôt : Nansei-shotô, 南西諸島, les Îles du Sud-ouest).

Rattachée à la préfecture d’Okinawa (沖縄県), l’île de Yonaguni (与那国島, Yonaguni-jima), dont la superficie avoisine les 29 km2 et qui compte quelque 1700 habitants, a été en 1985 le théâtre d’une découverte des plus troublantes — voire inquiétantes.

Un plongeur japonais du nom de Kihachiro Aratake (新嵩喜八郎) y avait mis à jour une formation rocheuse d’apparence architectonique mesurant 120 m de long sur 40 m de large et d’une hauteur de 20 à 25 m. Jusqu’à ce jour, aucune preuve scientifique n’a pu démontrer qu’il s’agissait là d’un monument d’origine humaine (d’ailleurs, ses « marches Â» sont bien trop hautes…). Il y a fort à parier que les chercheurs tels que Kimura Masaaki (木村政昭) de l’Université de Ryukyu, qui ont exploré plus avant les fonds sous-marins de Yonaguni, aient eu à faire à des formations naturelles aussi étranges que la Chaussée des géants (Giant’s Causeway, ou plutôt : Clochán na bhFómharach) d’Irlande du Nord.

À moins que Lovecraft ait simplement tenté de noyer le poisson (!) en indiquant des coordonnées volontairement trompeuses dans sa célébrissime nouvelle… À vous de juger.

L’art extrême-oriental de la masquarade

23 août 2007, posté par Stahlhelm

L’incroyable source intarissable d’information vraie qu’est le web nous submerge déjà depuis quelques jours avec des pelletées d’images de cet avion de China Airlines joliment parti en flammes et fumée sur le tarmacadam de l’aéroport de Naha (Okinawa, Japon) :

Or il s’avère que, selon le MSN Mainichi Daily News (sic), ladite compagnie aérienne en a eu marre que le monde se fasse une fausse image de son bon boulot ; elle donc a décidé de repeindre son vaisseau cramé pour masquer son nom et son logo et du même coup :

China Airlines
Assemblage © whosucksdotcom, 2007

Qui a dit que c’était la première tentative du genre ?


Fermer
E-mail It