Archives pour la tagégorie
« grotesque »

Christophe Huet

27 December 2007, posté par Stahlhelm

christophe_huet001.jpg
DDB © Christophe Huet

Christophe Huet connaît tous les raccourcis clavier de Photoshop, depuis le RC 0.6 (si, si), et franchement ça se voit quand même assez bien.

Une courte chevauchée parmi les herbes hautes de son époustouflant portfolio nous emmène du drôle au grotesque, en passant par le frissonnant et le moralisant, sans oublier les guilis dans le slip deux-trois fois aussi.

Les plus pointilleux et foufous du reverse engineering apprécieront même les quelques making of dont est parsemé ce slide show inoubliable.

christophe_huet002.jpg
DDB © Christophe Huet

christophe_huet003.jpg
Playstation © Christophe Huet

christophe_huet004.jpg
Playstation © Christophe Huet

christophe_huet005.jpg
Blickdich © Christophe Huet

christophe_huet006.jpg
Aides © Christophe Huet

christophe_huet007.jpg
Aides © Christophe Huet

christophe_huet008.jpg
Aides © Christophe Huet

Merci designverb.

Ménagerie cthulhélaïque [S01xE08]

24 September 2007, posté par Stahlhelm

Cthulhu dans le formol
Ophiura

D’après la traduction β de Google et l’artiste elle-même, les images de notre huitième petite ménagerie de l’horreur, dodelinant allégrement entre l’émerveillement, le choquant, le grotesque et le noir-blanc, seraient l’œuvre de Elaine Duigenan (prononcé « Dygnun » d’après la dame elle-même) et représenteraient des animaux embouteillés par John Hunter il y a 200 ans (sic ) et stockés au Royal College of Surgeons of England. Du pur cauchemar concentré :

Dactylopterus volitans
Dactylopterus volitans

Cynopterus marginatus
Cynopterus marginatus

Pipa monstrosa
Pipa monstrosa

L’horreur continue ici : Mysteries of Generation.

Merci Hugo Strikes Back.

Animal Collective – Peacebone

18 September 2007, posté par Stahlhelm

Animal Collective - Peacebone
Couverture de Peacebone

ectoplasmosis nous signale un pur moment de bonheur bucolique avec Peacebone, le nouveau clip d’Animal Collective, groupe US post-electro-grotesque-rock dans la veine (plus electro) des immenses Modest Mouse, qui vaut tout à fait son pensant de 12 guilis sur 12 à l’échelle lilelaïque. Et en plus, ça parle des amours tabous entre un monstre avec des tentacules baveux, des yeux globuleux et une bouche-torse impressionnante et sa copine fifties aux dents pseudo-sales. Je ne connaissais pas du tout et voilà que mon ipod va encore s’alourdir. Je vieillis.


Fermer
E-mail It