Archives pour la tagégorie
« invisibilité »

Pisser, ça rapporte

12 July 2007, posté par Marc

10000yen.jpg
Un billet de 10000 yen. Image © 日本銀行

Depuis avril, un mystère hante l’archipel nippon, de Hokkaidō jusqu’à Okinawa. Quelqu’un laisse généreusement, dans les toilettes des hommes des bâtiments gouvernementaux, des enveloppes de 10000 yen (60 euros).

Jusqu’à ce jour, ce plaisantin à la fibre philanthropique n’a pas été identifié. Les journaux japonais gambergent à longueur de pages, essayant de dresser le portrait-robot psychologique de ce mystérieux personnage. Les hypothèses vont bon train : il s’agirait d’un homme, il serait âgé, sans doute affaibli par la maladie, plutôt religieux… sûrement triste.

En effet, les enveloppes ont toutes été découvertes dans les toilettes des hommes, et toutes étaient confectionnées en papier traditionnel washi (和紙) et contenaient une lettre mâtinée de bouddhisme qui souhaite, d’une écriture tremblante, que cet argent soit « utile sur votre chemin de la connaissance ».

S’agit-il d’un ancien fonctionnaire qui souhaiterait, à sa manière, honorer une profession souvent décriée ? Est-ce un message sarcastique à l’encontre de ces mêmes fonctionnaires, les invitant à « essuyer » leurs méfaits ? Ou s’agit-il seulement d’une personne à l’article de la mort qui désire, par un dernier geste médiatique, amender ses erreurs ? Toujours est-il que depuis le 9 avril, ce vieux monsieur (si l’hypothèse se confirme) a laissé pas moins de quatre millions de yen (23900 euros) dans les toilettes des mâles ronds-de-cuir…

Vous ne vous plaindrez pas que LiLeLa ne vous a pas mis au parfum : lors de prochain voyage au Japon, n’hésitez pas à aller pisser à la mairie du coin : en soulageant votre vessie, vous libèrerez peut-être du même coup une âme en peine.

Merci les agences de presse

Matière à voyeurisme

23 June 2007, posté par Marc

invisibleman.jpg
Le Dr Peter Brady dans H. G. Well’s Invisible Man, image © ITC, 1958

Des chercheurs de la Pratt School of Engineering et du Collège impérial de Londres ont élaboré le projet d’une cape d’invisibilité, rien de moins. Un tel vêtement serait capable de dissimuler n’importe quel objet, au point où les observateurs ne pourraient tout bonnement pas en deviner la présence. Le secret d’une telle prouesse ? Les métamatériaux. Hmm, me direz-vous, et à juste titre. Attendez, bandes d’impatients, je vais vous expliquer…

Selon David R. Smith de la Pratt School, « La cape pourrait donner l’impression que vous avez ouvert une brèche dans l’espace. Toute lumière ou autres ondes électromagnétiques seraient détournées aux environs de la zone [à cacher] et guidées par les métamatériaux de manière à ressortir de l’autre côté, comme si elles étaient passées à travers un espace vide. » De la sorte, les ondes électromagnétiques glisseraient sur la cape comme l’eau sur une pierre polie.

La découverte a été révélée par Science Express, la version Web du journal Science. Bien entendu, L’Agence pour les projets de recherche liés à la défense (Royaume-Uni) s’est empressée de soutenir le projet. Du point de vue théorique, cette cape existe désormais : il ne reste plus qu’à la réaliser.

Si l’on pense tout de suite aux usages militaires d’une telle invention (rien n’est trop sophistiqué quand il s’agit d’occire l’ennemi), on peut aussi imaginer des écrans d’invisibilité servant à camoufler d’inélégantes usines à gaz, des couvertures permettant d’éviter tous genres de vibrations et d’ondes sismiques et… de confortables combinaisons de voyeurisme.

Merci Science Express


Fermer
E-mail It