Archives pour la tagégorie
« sociologie »

Lavaux le vaut bien

22 septembre 2007, posté par Marc

lavaux.jpg
Photo © Régis Colombo, 2000

Chaque année depuis 1972, le Comité du Patrimoine mondial de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) choisit une trentaine de sites à travers le monde qu’elle ajoute à la Liste du Patrimoine mondial. Elle compte ainsi signaler — et préserver â€” les lieux culturels et naturels jugés cruciaux pour l’héritage commun de l’humanité.

Dix critères permettent de définir quels sont les sites pouvant appartenir à la Liste :

  1. Représenter un chef-d’œuvre du génie créateur humain ;
  2. Témoigner d’un échange d’influences considérable sur le développement de l’architecture ou de la technologie, la création de paysages, etc. ;
  3. Apporter un témoignage exceptionnel sur une tradition culturelle ;
  4. Offrir un exemple éminent d’un type de construction ;
  5. Être un exemple éminent d’établissement humain traditionnel ;
  6. Être associé à des traditions vivantes ;
  7. Représenter des aires d’une beauté exceptionnelle ;
  8. Être un exemple représentatif des grands stades de l’histoire de la Terre ;
  9. Être un exemple des processus écologiques en cours dans l’évolution des écosystèmes ;
  10. Contenir des habitats naturels importants pour la conservation de la diversité biologique.

Tous ces critères, la région suisse romande (et plus précisément vaudoise) du Lavaux les remplit haut la main. Situé sur les rives du lac Léman, Lavaux comprend huit cents hectares de vignes en terrasses et quatorze bourgades. Mais les chiffres se taisent face à l’incroyable beauté du lieu. L’endroit n’a rien à envier aux rizières en terrasses de Bali, et la vue époustouflante qu’elle offre sur le lac et les alpes de Haute-Savoie n’a pas à rougir face à la baie d’Ha-Long.

Aujourd’hui, Lavaux fêtait son entrée dans la Liste du Patrimoine mondial de l’Unesco. Les communes de Lutry, Grandvaux, Épesses, Rivaz, Chardonne et Cully font encore la bamboche, à l’heure où j’écris ce cyberpapier. J’ai eu la chance de passer cet après-midi par Cully, et une foule venue de la planète entière y était aussi présente, bouche bée, admirant, sentant, goûtant, flânant, dégustant… La date correspondait également à la fin des vendanges, et la plupart des vignerons cueillaient encore leurs grappes à l’heure de l’apéro. Au fil de la journée, on a vu les habitants de la région cheminer, tels des pèlerins, entre les parchets qui surplombent le lac.

Bref, tout ça pour vous dire que si vous n’avez rien perdu de vos facultés d’émerveillement, que si vous aimez les parfums de la terre et de tout ce qui y croît par le travail patient de l’homme, bref, si vous appréciez la bonne chair et les bons vins, n’hésitez pas à pérégriner entre Lutry et Montreux. Vous en sortirez sans doute grisé, voire époustouflé. Moi, j’en suis revenu avec quelques flacons de diolinoir sous le bras — et je peux vous promettre que je ne regrette pas une seconde mon escapade…

Et une langue de plus, une !

27 août 2007, posté par Marc

klingon.jpg
Un Klingon en goguette. Photo © DragonConTV, 2006

C’est l’histoire d’une étudiante traductrice de Toronto qui a décidé, un jour, de créer une nouvelle langue simple qui lui permettrait de mettre de l’ordre dans ses idées. Sonja Elen Kisa a construit de toutes pièces le toki pona, un langage comprenant seulement 120 mots.

Ce qui est drôle, c’est qu’une fois sortie de sa tête et diffusée sur Internet, cette langue a pris un essor naturel et compte aujourd’hui quelque cent locuteurs. En contemplant l’aventure de cette novlangue, on ne peut s’empêcher de songer aux plus fameux précédents : les langues des Terres du Milieu de Tolkien, le klingon de la série Star Trek et l’espéranto (déjà ancien) de Ludwik Lejzer Zamenhof.

En anglais, les inventeurs de langues artificielles ont créé un nouveau mot pour décrire l’objet de leur vice : conlang, pour constructed language. En français, pour éviter d’être triviaux, nous pourrions traduire (librement) ce terme par le mot-valise suivant : fablangue (pour « langue fabriquée Â»).

Si vous souhaitez découvrir l’univers ô combien étrange et délicieusement inutile des fablinguistes, je vous invite à faire un tour sur un wiki qui les répertorie : LangMaker. Pas moins de 1000 inventeurs et plus de 1900 idiomes y sont listés pour le plus grand bonheur des autistes volontaires et des amoureux de la capilotraction. Que du bonheur.

Merci Andrej et Amber Dance

Les bonobos : mythe ou réalité ?

31 juillet 2007, posté par Marc

bonobo.jpg
Photo © Veamos que pasa, 2007

Le moins que l’on puisse dire, c’est que les bonobos jouissent (!) d’une merveilleuse cote de popularité auprès de leurs frères humains. On les préfère même aux chimpanzés, lesquels seraient parfois belliqueux, alors que les bonobos, vivant dans des sociétés dominées par leurs femelles, s’avéreraient très pacifiques, voire même parfois végétariens.

On les dit très portés sur le sexe et on s’attendrit sur leur façon quasi humaine de copuler en position du missionnaire. En fait, comme les dauphins, on les idéalise, alors que la plupart du temps, les primatologues sont incapables de les observer dans leur milieu naturel, et pour cause : les bonobos vivent en République « démocratique Â» du Congo, où l’instabilité politique rend la (sur)vie encore plus difficile pour les hommes que pour les singes.

Les bonobos, reconnus comme une espèce à part entière depuis moins d’un siècle, ne sont pour la plupart observés qu’en captivité. Quelque deux cents individus peuplent ainsi les zoos du monde entier, et force est de constater que seule la prison peut rivaliser d’ennui avec ces lieux de détention animalière. En fait, selon Craig Stanford, primatologue de l’Université de Californie du Sud, « collés les uns contre les autres, mourant d’ennui, que reste-t-il [aux bonobos] sinon manger et copuler ? Â».

Merci The New Yorker


Fermer
E-mail It