Archives pour la tagégorie
« jeux vidéo »

Crayon Physics Deluxe

5 décembre 2007, posté par Stahlhelm

Neocolor d’automne
Neocolor™ d’automne. Photo © ArtByChrysti, 2006

Chaque nouveau jeu créé par Petri Purho, le mauvais génie Finlandais qui se cache derrière Kloonigames, doit être créé dans une limite de 7 jours, par l’auteur lui-même tout seul comme un grand et doit tester une nouvelle forme de gameplay.

Dans Crayon Physics Deluxe, tu prends tes crayons, ou ta boîte fraîche de Neocolor I pour être entièrement fidèle au titre anglais du jeu, et tu dessines les objets que tu veux dans le jeu. Il te reste ensuite à laisser dame Gravitation faire son boulot et à regarder lesdits objets lentement entamer leur inexorable chute dans l’abîme de la physique.

crayon_physics.jpg
Crayon Physics Deluxe

Bon, on est bien d’accord. Tu n’as plus 16 ans et les laboratoires de physique mal climatisés du bâtiment central du Gymnase Français de Bienne ne sont plus qu’un pâle cauchemar de soirée trop abreuvée dans ton esprit mi-trentenaire.

C’est pourquoi Crayon Physics Deluxe a aussi un vrai but, celui de faire rouler-tomber-voler la petite boule rouge afin qu’elle attrape la petite étoile jaune te permettant ainsi de gagner, ô jeune fou.

Toi aussi, va vite télécharger la version pas Deluxe de Crayon Physics et révise tes vieillotes connaissances de ces règles de la nature qui ne font que compliquer les dessins que tu essaies de faire avec ton urine du matin sur ces maigres taches de neige qui parsèment ta banlieue 0.3 jours par an.

Crayon Physics Deluxe (prototype)

Et pour ceux qui en voudraient encore plus, l’Experimental Gameplay Project est là pour nous assurer la combinaison malsaine de salivage intensif, menaces de divorce et corne au bout des doigts.

Merci MILITANTPLATYPUS.

D’une simple photo à un modèle en 3D

29 octobre 2007, posté par Yves

Les petits gars de chez Singular Inversions ont développé le logiciel FaceGen dont vous n’allez sûrement jamais vous servir et moi non plus, vu qu’il s’adresse surtout aux pros de la modélisation 3D, pour les jeux vidéos et autres effets spéciaux de films. Alors oui je sais, encore une vidéo, tout ça, mais leur démonstration est tellement digne d’un film de science-fiction à la limite du « mais c’est impossible, arrête tout de suite!!! » que je me devais de partager ça avec toi, ami de lll et des choses qui font faire « ouaaaa » et se trépigner un peu dans son fauteuil. Le plus beau est à la fin, alors il faut être un peu patient au début quand ils expliquent comment ça marche.

L’invasion continue

23 octobre 2007, posté par Marc

spaceInvader.jpg
Un envahisseur à Ljubljana, en mars 2006

Depuis huit ans, un illustre inconnu s’évertue — avec un brin de nostalgie geek et pas mal d’humour â€” à poursuivre une invasion débutée il y a une trentaine d’années. Space Invaders, jeu vidéo primal, initial, développé par la société japonaise Taito à la fin des années soixante-dix, a habité notre enfance, nos vacances et nos rêves de terraformations cosmiques alors que bon nombre d’entre nous en était encore à apprendre le livret 2.

Space Invader, un artiste urbain qui opère dans l’anonymat, a déjà posé dans quelque 35 villes du monde des mosaïques de vaisseaux spatiaux à la mode seventies, faisant fi de l’avis des proprios et de la maréchaussée. Le but de l’opération ? Coloniser le monde, rien de moins. Sur le site de cet activiste d’un genre nouveau, vous trouverez un plan d’attaque ainsi que de nombreuses photographies de lieux contaminés par ces joyeuses bestioles en Pixel Art venues d’un autre monde et… d’un autre temps.

Donkey Kong, grandeur nature

1 octobre 2007, posté par Yves

donkeykong_big.gif

La première fois que Mario a fait son apparition sur nos écran, il n’était pas encore dans une espèce de royaume magique où il fallait éviter des tortues volantes et choper des pièces cachées dans des murs. Si comme moi tu as passé des heures sur Donkey Kong, à rajouter pièce après pièce de tes petites menottes tremblantes dans la machine, debout sur un tabouret pour être en face de l’écran, tu sais bien de quoi je parle. Et apparemment, les rigolos qui ont fait cette vidéo partagent les mêmes souvenirs émus à propos du moustachu en salopette et son némésis simien. Moi, ça m’a fait rire, et des guilis en même temps…

Et si ça t’a donné envie de rejouer, qu’à cela ne tienne va donc faire un tour sur arcadestreet.com qui a une version flash (mais qui laisse sur sa faim parce que ce n’est que le premier tableau qui se répète à l’infini).


Fermer
E-mail It