Classe d’âge

13 October 2008, posté par Marc

Zelda Kaplan (92 ans), ancienne humanitaire et reine de la nuit
Zelda Kaplan (92 ans), ancienne humanitaire et reine de la nuit. Photo © BlackBook, 2008

Quand on est gosse, — je veux dire lorsqu’on est tout petit —, nos parents achètent nos vêtements sans nous demander ce que nous en pensons. Plus tard, à l’âge de déraison, nous tentons vainement de combler notre vide identitaire en singeant des castes musicales ou économiques.

À l’âge du travail et de la reproduction, nous revêtons l’uniforme que nos supérieurs ont choisi pour nous avec autant de goût que d’empathie. Ce n’est qu’à l’automne de la vie (ou plutôt : au printemps de la nouvelle) que l’homo sapiens peut enfin se saper en toute indépendance, avec la liberté de ceux qui n’ont plus rien à prouver ni à perdre.

Un nouveau blogue tente de saisir, avec admiration, avec étonnement, le style parfois original et souvent libéré de nos aînés. Quelques clichés qui rafraîchiront les esthètes dégoûtés par le style trash-pute de l’été 2008 : Advanced Style.

Merci Neatorama


Agroglyphes et tracteurs belges

12 October 2008, posté par Stahlhelm

LiLeLa vous présentait il y a belle lurette déjà une ample collection de photos d’agroglyphes aussi magnifiques que pornographiques. A l’époque déjà nous leur donnions une origine probablement extra-terrestre. A juste titre, semble-t-il, car un audacieux caméraman aurait pris l’un des coupables la main sur le volant :

Las, comme souvent avec ce type de révélations, certains faux sceptiques essaient de casser notre rêve éveillé en prétendant qu’il s’agirait en fait du tournage d’un film publicitaire pour vanter les bienfaits d’emprunt d’État belges. Foutaises puériles, évidemment :

Merci Geeks are Sexy.


Un peu de baume dark folk

11 October 2008, posté par Stahlhelm


Douglas P. en pleine forme.

En ces temps d’apocalypse et de fonte financières, il est heureux de constater que certains humanistes, aussi altruistes que de la jaquette, s’occupent de notre culture et de notre cœur en les embrassant de leurs bras généreux.


Douglas P. en pleine forme, beaucoup plus fringant, mais avec David Tibet (Current 93) cette fois.

M. Douglas P., hérault vieillissant d’une génération d’enfants de la nuit noire et obscure, fier porteur de la bannière du mythique et certes controversé groupe dark folk Death in June vient de mettre 2.5 albums et 2 concerts de DIJ à télécharger sur son site. Pour rien. Nada! Et d’ici à ce qu’il sorte un album qui s’appellerait Die Unterhosen, il n’y a qu’un pas botté.

FREE DIJital downloads…

To commemorate the 10th Anniversary of the release of the DEATH IN JUNE album ‘TAKE CARE AND CONTROL’ this month in 1998 we’re offering FREE downloads of that deleted album (both DIJitally and physically) plus artwork, as well as FREE DIJital downloads of other DEATH IN JUNE material associated with that period and more besides.


Vingt-quatre heures de rāga

28 September 2008, posté par Marc

Sarod
Un sarod, cultissime instrument de musique classique indienne (photo : droits réservés)

La Cité de la musique, située porte de Pantin, à la Villette, a mis sur pied un concert (ou plutôt : des concerts) de musique traditionnelle indienne qui ont débuté samedi 27 septembre à 18h et s’achèveront… dimanche à 18h. Bref : vingt-quatre heures non-stop de rāga, c’est-à-dire de passion plein les oreilles. Détail qui rend le concept d’autant plus sympathique : si vous lisez cet article à temps, vous pouvez écouter les concerts en direct depuis le site de la Cité de la musique.

Au programme dimanche : Ensemble Tala Vathyam, Sheik Saheb et Sheik Subhani, Sudha Ragunathan et son ensemble, Neena Prasad et ses musiciens, Kaushiki Chakraborty et ses musiciens, Gundecha Brothers, Ajay Rathore et Aditi Jain, Ensemble Divana, Shashank et son ensemble.

Alors, connecté(e) ?


Alaskafouillage

21 September 2008, posté par Marc

Balancing © Paraflyer, 2007
Balancing © Paraflyer, 2007

En début de semaine, un pirate est parvenu à pénétrer dans la messagerie privée de Sarah Palin, gouverneure de l’Alaska sous les feux de la rampe depuis que John McCain l’a choisie comme colistière dans la course à la présidence étasunienne.

Sarah Palin, républicaine créationniste farouchement opposée à l’avortement, qui risque fort d’être la future vice-présidente d’un empire américain sur le déclin, n’est pas l’objet de ce petit article. Non, ce qui nous intéresse ici, c’est son compte Yahoo Mail.

Sarah Palin avait pour habitude de traiter des affaires d’État avec son compte de messagerie privé. Un peu comme si vous demandiez à la concierge de votre entreprise de transmettre à votre directeur le détail des derniers ordres comptables que vous avez passés. Ou, inversement, comme si vous vous inscriviez à un site de cul avec votre adresse de messagerie professionnelle. Certes, Mme Palin vit en Alaska et a l’habitude de se déplacer en motoneige et en hydravion, mais ce n’est pas une raison.

Cessons de parler de la future maîtresse du Monde et concentrons-nous sur son compte Yahoo. On pourrait croire qu’il faut être un hacker aguerri pour violer l’accès d’une messagerie mise en place par un géant du cyberespace tel que Yahoo. Eh bien non. Votre petit neveu pourrait très bien vous jouer le même coup tordu en aussi peu de temps qu’il n’en faut pour le dire.

La technique employée par les indiscrets internautes dont a été victime Mme Palin est fort simple et sert, à ce titre, de cas d’école. Le groupe Anonymous, à l’origine du délit, a employé l’option d’initialisation de mot de passe offerte par Yahoo (entre autres) pour ouvrir la boîte aux lettres de la gouverneure. En effet, si vous oubliez votre sésame, vous pouvez, grâce à une question subsidiaire choisie lors de l’ouverture du compte, certifier que vous êtes bel et bien son oublieux propriétaire. Ladite question porte généralement sur le nom de jeune fille de votre mère, sur le numéro de votre carte de bibliothèque, sur votre équipe de football favorite, sur votre couleur préférée ou toute autre information facile à obtenir sur la Toile, pour peu que vous jouissiez de la notoriété (subite) de Mme Palin.

Généralement, les fournisseurs de boîtes électroniques tels que Yahoo envoient un message de confirmation à une adresse e-mail de secours, que vous aviez également définie lors de votre inscription, l’information-clef de votre nouveau mot de passe circulant alors en circuit fermé.

Toutefois, jusqu’en début de semaine (gageons que cette bourde sera rapidement corrigée), Yahoo avait pour mauvaise habitude de donner tout de suite accès à la messagerie une fois la question subsidiaire passée. Un peu comme si votre garagiste filait les clefs de votre MG au premier clodo prétendant être votre beau-frère. Cette faille, digne d’un enfant de chœur somnolent, a permis aux pirates du groupe Anonymous de répandre sur le Net des captures d’écran de messages politico-privés rédigés par Mme Palin, ainsi que des photos personnelles qui — ô Miséricorde ! — ne révélaient pas l’anatomie de l’élue.

Ce qu’il faut retenir de cette anecdote, qui rappelle un peu les histoires (helvétiques) de Oin-Oin ou, celles (antillaises) de Bouki et Ti-Malis c’est, primo, qu’il ne faut jamais prendre la question subsidiaire à la légère lors de l’ouverture d’une messagerie privée ; si possible, rédigez vous-même une question à laquelle personne ne pourra répondre, quitte à ce que la solution soit un code immonde que vous garderez caché dans un tiroir secret ; secondo, que si la question subsidiaire porte sur votre vie privée, n’en révélez pas la réponse dans votre blogue ou sur Facebook…

À bon entendeur/euse.


Big Brothel

20 September 2008, posté par Marc

Steak
Photo : droits réservés

Alors que les commémorations du 11 septembre 2001 envahissaient les postes de télévision, emboîtant le pas aux ouragans Gustav et Hanna qui avaient dévasté Haïti, une nouvelle d’un tout autre genre remplissait la Toile et les journaux gratuits (arbres morts qui jonchent désormais le sol de ma ville). Une nouvelle qui aurait mérité, à bien des égards, de passer inaperçue, mais son extrême vénalité a fait sursauter plus d’un esprit rationnel.

Sous le pseudonyme de Natalie Dylan (pauvre Bob, que cette homonymie doit indisposer), une étudiante de San Diego mettait aux enchères sa virginité, espérant récolter sur eBay (qui l’a depuis déboutée) le million de dollars qui l’aiderait à obtenir un mastère de… thérapie familiale.

Quelques jours plus tard, une bimbo italienne, Raffaella Fico, qui s’était fait connaître grâce au déballage de ses charmes dans l’émission Gran Fratello (le Big Brother local), s’emparait du concept et proposait à son tour d’échanger son hymen contre force espèces sonnantes et vraiment trébuchantes.

En découvrant ces nouvelles sur mon pauvre agrégateur, lequel n’est pas encore capable de me préserver de ce genre de potins (qui fleurent bon le Kaliyuga), j’ai eu une pensée émue pour Clara Zetkin, Simone de Beauvoir, Benoîte Groult et autres icônes du féminisme qui ont lutté contre la réification de la femme et, en particulier, de son corps.

Je ne suis pas le parangon du féminisme, mais que de jeunes Occidentales, qui ne souffrent apparemment pas de malnutrition, vendent leur virginité comme s’il s’agissait d’une aiguillette de romsteck, cependant qu’en Asie du Sud-Est, de jeunes filles moins bien nées bradent la leur contre quelques billets verts, cela rajoute une couche de vernis à la patine de ma mysanthropie galopante. Cela m’a rappelé la deuxième des Nobles vérités édictées par Siddhārtha Gautama lors de son premier sermon :

Voici, ô moines, la Vérité noble dite « De l’origine de la souffrance » (Dukkhasamudāya) : c’est la soif (taṇhā) qui produit la réincarnation, qui est liée à une avidité passionnée et qui trouve une nouvelle jouissance tantôt ici, tantôt là, c’est-à-dire la soif des plaisirs des sens, la soif de l’existence et du devenir, et la soif de la non-existence.

(Dhammacakkappavattana Sutta, XI.6)

Un peu de sagesse dans ce monde de putes, ça ne peut pas nuire.


Unité Inhabitée #28

19 September 2008, posté par Corbor


http://view.break.com/569516 – Watch more free videos


C’est dans ta tête

12 September 2008, posté par Corbor

Un vieux post de boredstop déterré par les maniaques de metafilter.


Posters polonais

7 September 2008, posté par Corbor

Pendant la Guerre froide, il n’était pas question de laisser les affiches de films américains tels quels en Pologne. C’était déjà assez grave d’avoir ces films de propagande dans les cinémas pour, en plus, tapisser les rues de leur esthétique capitaliste.

Des artistes polonais refaisaient donc systématiquement les affiches des films étrangers pour garantir que la consistance artistiques des rues de Varsovie serait respectée. Résultat : même le pire navet américain semblait alors devenir une pièce de théâtre conceptuel :

Critters

Jack Burton dans Les griffes du mandarin

Highlander

Wargames

Si ça vous plaît, vous pouvez acheter les affiches originales ici.
Via.


Unité Inhabitée #27

31 August 2008, posté par Corbor



Fermer
E-mail It