Archives pour la tagégorie
« Europe »

22! V’la les poulets!

11 juillet 2007, posté par Yves

poulets.jpg
Chicken! par mrebert

Quand c’est pas une explosion nucléaire, c’est les épidémies chez la volaille. Décidément, les Tchèques ont bien des soucis. Le mois dernier, la Commission Européenne a annoncé que des cas de grippe aviaire de la fameuse souche H5N1 avaient été diagnostiqués dans un élevage de dindes de Pardubicky. Forcement, les autorités avaient créé un périmètre de securité et une zone de surveillance autour du foyer d’infection. Bref, on n’avait aucune raison de s’inquiéter

Mais c’était jusqu’à la découverte il y a quelques jours à côté d’Assenoncourt, dans l’est de la France, de trois cygnes morts du H5N1 eux aussi. BBC News rapporte que ce n’est que la deuxième fois que ce virus débarque en France, et que l’année dernière 62 oiseaux en sont morts dans le centre du pays. Et ils précisent aussi que près de 200 personnes en sont mortes dans le monde, mais pas encore en Europe apparemment.

Si vous avez une conclusion autre que de devenir végétarien et cynique, postez-la dans les commentaires. La meilleure gagnera une sauce moutarde ou barbecue (au choix).

Revues pornos et délinquants sexuels

6 juillet 2007, posté par Marc

darine.jpg
Darine Stern posant nue pour Playboy en octobre 1971. Photo © Playboy Magazine

Tiens, ça c’est une question que je ne m’étais jusqu’alors jamais posée : les délinquants sexuels ont-ils le droit de mater des revues grivoises, le soir venu, dans leur coin de cellule ? La semaine passée, la Cour suprême administrative de Stockholm a tranché : oui, résolument. Non seulement les détenus du royaume scandinave ont le droit de posséder de tels canards, mais il est interdit à leurs geôliers de les en priver.

Mais cela ne va pas sans poser des problèmes au Service carcéral suédois, ce dernier jugeant que de telles lectures peuvent mettre à mal la réhabilitation des détenus. Selon lui, une telle « littérature Â» excite les prisonniers, leur donnant envie de mettre en pratique leurs fantasmes. Un tel débat avait déjà eu lieu au début des années 2000 au sujet du rap, opposant alors les socio-conservateurs aux libéraux.

Bref, finir au trou pour avoir gravement déconné restera toujours — et à juste titre â€” une expérience pénible. Cependant, celle-ci devrait s’avérer plus agréable pour les sujets de Charles XVI Gustave…

Merci Washington Post

iTunes contre Universal. Qui est David et qui est Goliath?

4 juillet 2007, posté par Yves

iphone.jpg
Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais j’apprécie depuis des années les stratégies d’Universal sur Net. Ça m’a pris en 2000 avec la création de Vizzavi. Rappelez-vous, c’était le portail WAP lancé en grandes pompes par Vivendi Universal et qui avait pour ambition de détrôner Yahoo! à coups de millions d’euros dépensés dans tous les sens, mais qui (après avoir cumulé en 2000 et 2001 près de 470 millions de pertes) a finalement accéléré l’éclatement de la bulle à la place… Oui oui, c’est bien de cet Universal là que je veux parler. J’y reviens dans une seconde.

Alors il a une dizaine de jours on apprenait qu’iTunes Music Store, le magasin de musique en ligne d’Apple est maintenant classé 3e vendeur de musique étasunien. Non pas « vendeur de musique en ligne », mais bien « vendeur de musique tout court ». C’est une étude publiée par NPD Group MusicWatch sur les ventes en ligne et en vrai qui dévoile que le magasin virtuel de la Pomme couvre 9.8% des ventes de musique pour tout les US, et a dépassé Amazon.com par exemple, qui n’atteint que 6.7%. (C’est toujours les géants Walmart et Best Buy qui restent en tête avec 15.8% et 13.8% respectivement, mais c’est pas une surprise et c’est pas le sujet.)

Ça, c’était la news du 22 juin dernier. On saute une semaine en avant, et on arrive pile poil sur le week end dernier, premier jour de vente de l’iPhone, le téléphone portable de la Pomme sur les ventes duquel les prédictions étaient un peu mitigées. Et bien ne mitigeons plus: c’est un demi million de ces petits machins qu’Apple a vendu pendant son premier week end. Avec une jolie montée de la sauce marketing et des acheteurs qui faisaient la queue pour être sur d’avoir d’en avoir un, Apple a été malin de stocker plus que prévu pour être sur que tout le monde repartirait avec son téléphone.

Maintenant, n’oublions pas que l’iPhone c’est un iPod avec des fonctionnalités de téléphone. Ou l’inverse, mais c’est un iPod de toute façon. Et avec un iPod, n’en déplaise à certains, le plus pratique pour gérer sa musique, c’est d’utiliser iTunes, et dans iTunes il y a iTunes Music Store.

Mais vous me direz que ça ne touche que le marché des écouteurs de musique américains pour l’instant, et qu’on se plaint en Europe que l’iPhone n’est pas 3G, et qu’on ne veut pas être forcé de prendre le seul réseau choisi par Apple. Et je vous répondrai que les effets d’annonces se poursuivent pour préparer le marché européen justement. D’abord on apprend que l’iPhone de ce coté-ci de l’Atlantique sera 3G, et ensuite qu’il sera offert par plusieurs fournisseurs d’accès. Ça commence bien. Encore plus d’utilisateurs d’iPhones, encore plus d’utilisateurs d’iTunes, encore moins de raison d’aller chercher ailleurs. Apple a bien préparé ses devoirs et ils ont 2 ou 3 coups d’avances sur la compétition.

Mais pas tout le monde pense comme ça. Deux jours après, alors qu’Apple savoure son succès, Universal Music Group (UMG) annoncent qu’ils veulent renégocier leur arrangement avec iTunes Music Store, qu’ils veulent un contrat mensuel plutôt qu’annuel, et on imagine qu’ils aimeraient bien avoir un deal comme ils avaient eu avec le Zune de Microsoft qui leur verse $1 par lecteur mp3 vendu par exemple. C’est sans doute le pire moment pour renégocier, et la seule carte qu’UMG peut jouer c’est qu’ils sont le label de U2, mis en avant dans les pubs pour l’iPod…

Mais faisons confiance à Universal pour bien préparer leur coup et péter la gueule de leurs concurrents, comme Vizzavi l’avait fait avec Yahoo! à l’époque. Ça a déjà bien commencé avec l’annonce de leur nouveau portail de contenu (payant), passée un peu inaperçue en mai dernier. Attendons-nous à voir une campagne de pub à la mesure de leurs ambitions (et de la bulle Internet de l’an 2000) dès l’automne.

L’énigme du Toungouska

2 juillet 2007, posté par Marc

ogdy.jpg
Ogdy, dieu des Evenks du Toungouska, photo © Université de Bologne, 1999

Le 30 juin 1908, une gigantesque explosion ravagea la région sibérienne du Toungouska. Elle lamina quelque 2000 kilomètres carrés de taïga tout en produisant une puissante onde sismique ainsi qu’une forte lumière couvrant les ciels d’Europe et d’Asie centrale. Certains prétendent que cette catastrophe serait le fruit d’une météorite qui aurait explosé 5 à 10 kilomètres en dessus du sol, libérant dans l’atmosphère une énergie comparable à… 1000 fois celle de la bombe d’Hiroshima (sic). Problème : aucun fragment du corps céleste incriminé n’avait jusqu’alors été découvert.

Un groupe de recherche de l’université de Bologne affirme aujourd’hui qu’un lac, non loin de l’épicentre de l’explosion, occuperait la dépression provoquée par un morceau d’astéroïde : le lac Cheko. Bien que peu profond, ce plan d’eau possède néanmoins les proportions d’un cratère. Les investigations géologiques de l’équipe italienne révèlent que le fond du Cheko présente une curieuse forme d’entonnoir absente des autres lacs de la région. Des études géophysiques ont également montré que le fond du lac recèlerait soit une couche compacte de sédiments soit… les fragments ensevelis d’un corps céleste.

L’Université de Bologne serait-elle sur la bonne piste ? Ce qui est sûr, c’est que le lac Cheko n’apparaît sur aucune carte géographique antérieure à 1929. L’équipe italienne prévoit de mener l’année prochaine une nouvelle expédition dans le Toungouska afin de déterminer si les sédiments enfouis à 10 mètres au-dessous du fond du lac sont bel et bien constitués d’éléments d’origine extraterrestre. À suivre…

Pour en savoir plus, rendez-vous sur le site de la cyberrevue Terra Nova.

Le renard dans le poulailler

30 juin 2007, posté par Stahlhelm

Crash Test Dummies
Dans une usine de mannequins pour simulations d’accident, photo © kcjacoby, 2006

C’est un peu l’horreur. Le magazine belge Test Achats, âpre chevalier défenseur et protecteur des intérêts du consommateur XY, nous révèlent les résultats de crash tests effectués sur les modèles 2007 de la VW Fox vendus en Amérique du Sud et en Europe. Et ce n’est pas forcément la joie, surtout pas pour les acheteurs sud-américains.

En préambule, il est important de souligner que les deux modèles sont fabriqués dans les mêmes usines au Brésil. Or il s’avère que le modèle vendu en Amérique du Sud est bien plus dangereux pour la santé, déjà fragile, de ses conducteur et passagers. Selon les normes définies pour les crash-tests Euro NCAP (European New Car Assessment Programme), le modèle européen est couronné de 4 étoiles, alors que son clone amoindri sud-américain atteint quasiment le zéro absolu avec à peine 2 étoiles.

Choc frontal
Choc frontal, photo © JARED PRICE, 2005

Je me répète, donc : le même modèle fabriqué dans la même usine brésilienne pour deux marchés différents. Et j’aime même oublié un détail faramineux : le prix des deux modèles ne différent pas, sans prendre en compte le faible pouvoir d’achat des acheteurs sud-américains.

Ce qui s’est passé, c’est que le constructeur a décidé de retirer du modèle sudac certains éléments clefs pour la sécurité :

airbags, ceintures de sécurité à 3 points à toutes les places, réglables en hauteur et avec prétensionneur et limiteur de tension, système d’incitation à boucler la ceinture de sécurité. Alors qu’ils font partie de l’équipement de base de sa jumelle européenne, ces équipements ne sont proposés qu’en option au Brésil, à un prix prohibitif : quelque 2 500 €!

Je vous laisse lire la suite.

Merci Papa.


Fermer
E-mail It