Archives pour la tagégorie
« poisson »

Je commence toujours de nouvelles choses mais je ne

20 February 2008, posté par Yves

poissons_rouges.jpg
Poissons rouges. Photos: droits réservés

Le monde scientifique a un nouveau héros du nom de Rory Stokes, un étudiant australien de 15 ans à qui on ne la fait pas. Comme tout le monde, on lui avait dit que les poissons rouges n’ont une mémoire que de quelques secondes, mais Rory pensait que ce n’était qu’un mythe pour nous faire sentir moins coupables de les mettre dans des aquariums trop petits, alors il a décidé de vérifier par lui-même.

En bon disciple de Pavlov, il a placé chaque jour une petite balise dans un aquarium au moment où il donnait à manger aux poissons, et il a mesuré le temps que mettaient ceux-ci pour venir chercher leur nourriture. Il a ainsi mesuré que le temps se réduisit d’une minute à quelques secondes en l’espace de trois semaines. Preuve que sur la durée, les poissons se rappelaient la balise d’un jour à l’autre.

Mais il alla plus loin, et après trois semaines il a arrêté d’utiliser la balise pendant six jours. Puis il a recommencé et les poissons ont recommencé à se précipiter vers elle dès qu’ils la voyaient, prouvant ainsi qu’ils se rappelaient son association avec la nourriture au moins pendant les six jours où ils ne l’avaient pas vue. Merci Rory.

Et merci news.com.au

Petromyzon marinus + Leucochloridium paradoxum

24 July 2007, posté par Stahlhelm

Petromyzon marinus
Lamproie marine de profil
Profil denté d’une belle lamproie marine.

Voici venue la suite de l’invasion des Grands Anciens et de leurs minions par peufnées. Une page de poésie de l’horreur pour égayer nos longues nuits d’incertitude météo estivale.

La lamproie marine est un vilain poisson parasite mais anadrome vivant dans l’Atlantique Nord et apparemment en pleine tentative d’invasion de l’Amérique du Nord, la brave petiote. J’oubliais qu’elle était née d’une côte flasque de Cthulhu le marin et qu’elle se réveillait au matin au chant du « IA! IA! Cthulhu Fhtagn! » classique.

Leucochloridium paradoxum
Et le Leucochloridium paradoxum est un chouette platyhelminthe, meilleur copain avec les escargots qu’il parasite. Il aime tellement ses petits camarades de jeu qu’il leur fait gonfler les antennes à tel point que les oiseaux prennent celles-ci pour de gros vers globuleux appétissants. La vidéo vous raconte tout sur cette bouleversante histoire d’amour.

Merci my [confined] space et ectoplasmosis.

Le thon, un poisson sous pression

14 July 2007, posté par Marc

thon.jpg
Thon au marché aux poissons de Tokyo. Photo © Fugues et fougue, 2004

Des chercheurs de l’Université de Hokkaidō (北海道大学) travaillent actuellement sur un projet culinaire crucial : la qualité du thon. Ces scientifiques sont convaincus que pour l’améliorer, il faut parvenir à réduire l’agitation du poisson au moment de sa capture.

En effet, le thon est un animal vigoureux qui se débat rageusement quand il se sait pris au piège. L’effet de cet énervement : une hausse de la température corporelle qui blanchit sa chair tout en réduisant son goût et sa qualité.

Konno Kunihiko (今野 久仁彦), professeur de biosciences maritimes, explique que « Les gens veulent manger le thon le plus frais possible, mais quand il lutte, sa fraîcheur s’aténue ». Les thons se débattent d’autant plus s’ils sont nombreux à se voir capturés en même temps dans un seul filet ou s’ils vivent à l’étroit dans un même élevage.

Même s’il faudra encore le vérifier, le Pr Konno propose une solution aussi simple que définitive : « tuons-les rapidement ». Bref, au Japon, il ne fait pas beau être un thon.

Merci Reuters

Des piranhas tout faiblards et les esturgeons volants tueurs

2 July 2007, posté par Yves

esturgeon_volant.jpg
Ok, alors si j’arrive pas à attirer le chaland avec une accroche pareille, je ne sais plus ce qui me reste. Deux petites brèves à se mettre sous la dent entre deux sushis avec des amis. D’abord, une bonne nouvelle si vous avez décidé d’aller passer vos vacances en Palombie pour vérifier quel est finalement le fleuve le plus long du monde. Vous pensiez que vous alliez devoir vous abstenir de faire trempette, et bien empaquetez quand même votre maillot, parce qu’il n’y a plus de quoi s’inquiéter. La réputation des piranhas qui n’était plus à faire vient d’être revue à la baisse. Et ce sont des scientifiques du pays du fish and chips qui le disent, alors c’est que ça doit être vrai. Déjà ils nous apprennent que les piranhas sont en fait omnivores, et qu’ils mangent principalement du poissons, des insectes, et des plantes! Et ils rajoutent que ces petits poissons se déplacent en larges bancs non pas pour chasser en bande, mais pour se protéger des prédateurs… Je ne sais pas d’où venait l’image populaire de ces bancs d’Attila aquatiques qui ne laissent que les os de leurs victimes, mais en tout cas elle en prend un sacré coup.

Mais ne mettons pas tous les poissons dans le même panier et penchons-nous un peu — mais pas trop, justement — sur le cas des esturgeons volants de Floride. Ces poissons d’eau douce, d’une espèce vieille de 225 millions d’années, sautent hors de l’eau et si vous avez le malheur d’être en dessous à ce moment là, ils vous caressent gentiment de leur 2m40 et 80 kilos au passage.

On ne sait pas ce qui les pousse à sauter comme ça hors de l’eau de juin à août, et les théories sont diverses et variées alors faites-vous la vôtre, tant qu’à faire. Forcement, ils ne feraient pas exprès et ce serait plus des collisions accidentelles que des “attaques”, mais essayez d’aller expliquer ça aux douzaines de plaisanciers qui se sont retrouvés avec des colonnes fracturées, des côtes cassées, des gorges tranchées, ou voire carrément assommés après s’être pris un esturgeon volant en pleine poire…

Pour l’histoire de Dawn Poirier et sa photo après qu’un de ces machins lui tombe dessus et l’envoie dans le coma pendant 15 jours, allez faire un tour sur le site du Telegraph.

Mais parlons des choses sérieuses, vous imaginez le caviar d’une telle bête? Moi, je veux goûter!

Merci Scott Adams


Fermer
E-mail It