Archives pour la tagégorie
« fantômes »

Ghosts I РIV. Reznor est revenu avec ses fant̫mes

4 mars 2008, posté par Yves

reznor-ghosts-7.jpg
Ghosts I – IV. Nine Inch Nails

Youpi, Trent Reznor est de retour. Et quand je dis Trent Reznor, je ne parle pas du mec aux gros biceps qui pond des Y34RZ3R0R3M1X3D (Year Zero Remixed) pour en finir avec son label et enfin être indépendant et libre de retourner faire de la musique chouette, mais justement de celui qui vient de nous sortir une espèce de machin qu’on dirait qu’il a fait quatre pas en arrière et s’en est retourné pré-9-11 et pré-cure de désintox à l’époque des remixes du halo 14 The Fragile.

reznor-ghosts-4.jpg
Ghosts I – IV. Nine Inch Nails

Ghosts I – IV c’est presque deux heures de paysages musicaux et le premier album qu’il a fait avec ses amis en dix petites semaines, à peine son contrat avec son label expiré. Et Reznor continue sur la lancée entamée par In Rainbows de Radiohead, puis The Inevitable Rise and Liberation of NiggyTardust! qu’il avait produit avec Saul Williams, et balance donc tout ça sur le Net, avec une partie gratuite, et l’attitude et l’esthétisme qu’on lui connaît.

La distribution est tout en ligne donc, et en plusieurs options, avec un album (sur quatre) 100% gratuit, une version complète en téléchargement à 5 dollars, un double CD en digipak a 10 dollars, une version deluxe a 75, et la version super ultra deluxe limite signée à 300 pour les fans vrai de vrai, le tout avec download immédiat en plusieurs formats en attendant tranquillement les galettes.

reznor-ghosts-9.jpg
Ghosts I – IV. Nine Inch Nails

Et ce qui va plaire aux geeks c’est que l’album est distribué sous une licence Creative Commons. C’est à dire que tu peux le partager, le copier, le distribuer, le faire écouter à qui tu veux, le remixer et en faire des morceaux dérivés, à la seule condition que tu en précises la source et l’auteur, que tu n’utilises pas le produit à des fins commerciales, et que le produit final que tu auras fabriqué soit distribué sous la même licence CC.

Ça veut donc dire que ce n’est pas juste Ghosts I qui est gratuit, mais tout l’album I – IV, pour autant que tu trouves quelqu’un qui le redistribue. Ça devrait pas être trop difficile. D’autant qu’il y a même des rumeurs que Reznor lui-même a commencé à la distribuer sur les réseaux peer-to-peer

reznor-ghosts-6.jpg
Ghosts I – IV. Nine Inch Nails

Et pour ceux qui aiment les belles choses, ils ont mis dans le paquet des images jolies avec les mp3 (même dans la version gratuite): un très beau PDF en guise de carnet, les mêmes images en format fond d’écran (4/3 et format cinéma), et même des bannières web à mettre sur ton blog si tu as envie de faire un peu de pub pour l’album. Mais apparemment, ils n’ont pas besoin de plus de pub pour l’instant. Le site était sur-saturé hier soir, et c’était quasi impossible d’afficher les pages web, alors je ne parle même pas de télécharger les morceaux. Ce matin, ils ont mis une petite note pour s’excuser et nous demander d’être patient…

Trent Reznor raconte qu’il voulait faire ça depuis des années, qu’il a voulu bosser avec une perspective très visuelle, décorer des endroits et scénarios imaginaires, composer un fond musical pour rêves éveillés. Alors c’est une nouvelle période dans l’histoire de Nine Inch Nails, avec des trucs pas trop réfléchis, presque acoustiques, et exit les halos pour laisser la place aux ghosts? En tout cas, je ne vais pas faire une critique de l’album, parce que tu peux aussi le télécharger toi-même et te faire ta propre idée…

reznor-ghosts-2.jpg
Ghosts I – IV. Nine Inch Nails

La peur au ventre

22 août 2007, posté par Stahlhelm

L’Exorciste
L’Exorciste, 1973.

Scary For Kids, voilà encore un site que jamais plus je n’irai consulter de ma vie entière. « Mais pourquoi, M. Casque d’Acier ? » me demanderez-vous d’une voix aussi condescendante que fluette. Je vous répondrai instantanément que c’est parce que les criminels qui se cachent derrière cette abomination de la nature pixélisée sont tout simplement des menteurs de la première heure.

Linda Blair
L’horrible Linda Blair à l’époque de L’Exorciste II, circa 1977.

Scary For Kids (Frayeurs d’enfants, ou plus litéralement « Effrayant pour les enfants ») porte effectivement très mal son nom. Jamais, ô jamais !, je n’oserais montrer ce site à ma fille, et encore moins à son père, tellement les vidéos, photos, jeux et autres films peuplant cette vitrine putride de nos peurs primordiales sont révélateurs d’horreurs dont il vaut mieux taire le nom.

Ma section préférée ? Scary Pop Ups, dont voici un sympathique extrait:

Une boisson cafféinée et hop ! tu te sens mieux

Au fait, je vous disais qu’au Japon il était de notoriété publique que ce genre de frissons rafraîchissaient nos petits corps estivaux souffreteux. Et bien, apparemment c’est vraiment vrai. La télévision japonaise l’a dit la semaine dernière. Ben si.

Merci The Presurfer.

Attention ! Là ! Juste derrière ton dos !

3 août 2007, posté par Stahlhelm

La main de Bienne
Photo de main (ectoplasmique ?) baladeuse prise à Bienne (sic !!), devant la gare

Au Japon, l’été est, entre autres, la saison de l’horreur. Non pas parce que le taux d’humidité avoisine mon niveau d’intolérance maximal, mais parce que les locaux adorent se raconter des histoires terrifiantes, voir des photos de fantômes et autres machins pas sains pour le cœur de musaraigne alpine (sorex alpinus) qui palpite tant bien que mal sous le fin duvet frisé de mon sein accueillant.

On dit que les frissons provoqués par ces sornettes pour lycéennes en colonie de vacances auraient des effets réfrigérants sur la large audience-éponge assoiffée de ces histoires lugubres d’hôpitaux ou d’écoles abandonnés.

Fillette
Esprit d’une fillette photographié au bord de la route

Vous me direz que cette coutume aura pour effet secondaire de réjouir M. Gore, car l’usage, autrement abusif, de l’air conditionné baisse en général de quelques % les soirées au cours desquelles la télévision japonaise passe des émissions sur ce thème champêtre. Et je vous donnerai raison, sauf qu’en ce qui me concerne, je me cache en général très lestement et tout prestement sous une épaisse couverture d’hiver pour me protéger de la venue de Sadako.

Les deux vidéos ci-dessous sont des compilations frénétiques de photos ordinaires ou d’images télévisées dans lesquelles des esprits frappeurs ou vengeurs se seraient subreptiscement glissés pour rafraîchir nos longues nuits estivales.

1ère partie

2e partie

Bon ben moi je vais me coucher et laisser mes lumières, écrans LCD divers et autres torches enduites de poix tout allumés.

Merci Japan Probe et 貞子 (Sadako).


Fermer
E-mail It